La France condamne l'attaque d'un poste frontalier tchadien

Par AFP

AFRICA RADIO

La France a condamné lundi "l'attaque" d'un poste tchadien près de la frontière avec la Centrafrique et réitéré son "ferme attachement à la stabilité" du Tchad.

"La France condamne fermement l'attaque du poste avancé tchadien de Sourou, près de la frontière centrafricaine, survenue le dimanche 30 mai, qui a fait plusieurs victimes", a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères."Elle rappelle son ferme attachement à la stabilité et l'intégrité territoriale du Tchad et de tous les États de la région", a-t-elle ajouté.Le Tchad accuse l'armée centrafricaine d'avoir tué six de ses soldats, dont cinq "enlevés et ensuite exécutés", dans l'attaque d'un poste frontalier en territoire tchadien dimanche.La Centrafrique, elle, assure que son armée poursuivait "à la frontière" des élements d'une coalition rebelle qui tentait depuis décembre de renverser le pouvoir avant d'être repoussée et presque défaite grâce à l'intervention massive de paramilitaires russes.Ces affrontements risquent d'attiser les tensions entre les dirigeants des deux pays, confrontés l'un à une rébellion et l'autre à des questions sur sa légitimité.Une junte militaire dirigée par un fils du président tchadien Idriss Déby Itno lui a succédé après qu'il a été tué au front en avril en menant lui-même une offensive contre des rebelles venus de Libye, selon N'Djamena. La France a apporté son soutien à la transition militaire au Tchad après la mort d'Idriss Déby tout en "réclamant le retour rapide à des institutions démocratiquement élues".