La rébellion touareg dément un afflux de jihadistes étrangers au nord du Mali

Par La rédaction

OUAGADOUGOU (AFP) - (AFP)

La rébellion touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) a démenti "formellement" lundi un afflux de jihadistes soudanais et sahraouis dans le nord du Mali, y voyant une "intoxication" destinée à décourager une intervention armée internationale.

"L'arrivée de convois de combattants jihadistes du Soudan et du Sahara occidental est une information archi-fausse.Nous démentons formellement", a déclaré à l'AFP Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, l'un des responsables du MNLA vivant à Ouagadougou.

Des témoignages, confirmés de source sécuritaire malienne, ont fait état de l'arrivée ce week-end de "centaines" de jihadistes venus du Soudan et du Sahara occidental et prêts se battre au côté des groupes islamistes occupant le nord du Mali depuis près de sept mois, en cas d'intervention armée internationale.

Il s'agit d'une "intoxication pour intimider les armées internationales qui veulent intervenir dans le nord du Mali", a poursuivi M. Assaleh.

"Nous reconnaissons qu'il y a depuis longtemps quelques Soudanais dans les forces du Mujao (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest, l'un des groupes islamistes du Nord), dont l'un est au commissariat de Gao (l'une des grandes villes de la région) pour l'application de la charia" (loi islamique), a-t-il seulement admis.

Le MNLA, qui a lancé une offensive armée dans le nord du Mali en janvier, s'est ensuite allié aux différents groupes islamistes armés pour prendre les principales villes du nord, avant d'en être évincé par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et ses alliés.

Ces informations sur l'arrivée de renforts jihadistes sont intervenues après une réunion internationale vendredi à Bamako qui a demandé au Mali de redoubler d'efforts pour faciliter l'envoi d'une force armée ouest-africaine soutenue par l'ONU pour reconquérir le nord.