La situation "effroyable" au Tigré discutée au sommet européen

23 juin 2021 à 16h07 par AFP

AFRICA RADIO

L'UE a condamné mercredi la situation "effroyable" dans la région éthiopienne du Tigré où un marché a été bombardé, et le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a renouvelé son appel à un "cessez-le-feu immédiat".

"Ce qui se passe au Tigré est effroyable. Il est temps que la communauté internationale se réveille et agisse", a déploré Josep Borrell.La situation au Tigré a été inscrite à l'ordre du jour du sommet des dirigeants de l'UE jeudi et vendredi à Bruxelles."Le bombardement d'un marché dans le village d'Edaga Selus près de Togoga, dans le district de Dogua Tembien, vient s'ajouter à l'effroyable série de violations du droit humanitaire international et des droits de l'homme, à l'atrocité et à la violence ethnique, auxquelles s'ajoutent de graves allégations d'utilisation de la famine et de la violence sexuelle comme armes de conflit", a-t-il dénoncé."Le fait que des civils soient délibérément pris pour cible n'est justifiable en aucun cas et va à l'encontre du droit international humanitaire", a-t-il affirmé. "Ces atrocités ne peuvent être justifiées par l'argument de la préservation de l'intégrité territoriale de l'Éthiopie", a-t-il soutenu."Si le blocage des ambulances qui tentent de fournir une assistance médicale aux blessés après le bombardement est confirmé, cela est inacceptable. Une telle pratique constitue une grave violation de la Convention de Genève et du droit international humanitaire", a-t-il averti.Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la paix 2019, a envoyé l'armée fédérale au Tigré en novembre 2020 pour arrêter et désarmer les dirigeants du TPLF (Front de libération du peuple du Tigré), parti à l'époque au pouvoir dans cette région du nord du pays et qui défiait le gouvernement central.Il avait alors promis une opération militaire courte, mais les combats se poursuivent et de nombreux rapports font état d'atrocités, notamment le recours généralisé au viol.L'UE a dénoncé à plusieurs reprises les entraves mises par l'Ethiopie à l'acheminement de l'aide humanitaire vers la région du Tigré, et a demandé des sanctions contre cette "grave violation du droit humanitaire international".