La Tunisie a lancé les démarches en vue d'être aidée par la Berd

Par La rédaction

LONDRES (AFP) - (AFP)

La Tunisie a entamé formellement les démarches pour devenir actionnaire de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd), en vue de pouvoir bénéficier de ses investissements, a annoncé vendredi l'institution basée à Londres.

Le ministre tunisien de la Planification et de la coopération internationale, Abdelhamid Triki, a fait part de cette candidature dans un courrier au président de la Berd, Thomas Mirow, a indiqué la banque dans un communiqué.

Cette démarche n'est pas une surprise.La Berd a lancé le mois dernier le processus en vue d'étendre aux pays arabes ses investissements, pour l'instant réservés aux ex-pays communistes de l'Europe de l'Est et de l'ex-URSS, et la Tunisie figure, avec l'Egypte et le Maroc, en première ligne des pays dans lesquels elle pourrait s'implanter.

L'Egypte, qui est déjà actionnaire de la Berd, a demandé formellement l'an dernier à bénéficier de ses investissements, et le Maroc (également membre de la banque) a exprimé son "vif intérêt" à faire de même.

Cette expansion géographique à l'Afrique du Nord et au Moyen-Orient nécessite une modification des statuts de la banque, un processus qui risque de prendre un an et demi.En attendant, la banque prévoit de commencer à investir dès le printemps prochain en Egypte, et potentiellement dès la même année au Maroc et en Tunisie, par le biais de "fonds spéciaux".

La Berd a été créée en 1991 pour soutenir les ex-pays communistes d'Europe de l'Est et de l'ex-URSS dans leur transition vers l'économie de marché.Elle intervient aujourd'hui dans 29 pays qui vont de l'Europe centrale à l'Asie centrale et de la Baltique au Bosphore.