Le chef de l'Etat tchadien se rend en France

4 juillet 2021 à 15h36 par AFP

AFRICA RADIO

Le chef de la junte militaire et président autoproclamé du Tchad, Mahamat Idriss Déby Itno, a quitté N'Djamena dimanche pour une "visite d'amitié et de travail" en France, a annoncé son cabinet.


Ce général quatre étoiles de 37 ans dirige un Conseil militaire de transition (CMT) de 15 généraux depuis l'annonce, le 20 avril, de la mort de son père, Idriss Déby Itno, qui dirigeait le pays d'une main de fer depuis 30 ans, tué au front contre des rebelles."Le président du Conseil militaire de transition, président de la République, chef de l'Etat, le général de corps d'Armée Mahamat Idriss Déby Itno, a quitté N'Djamena ce matin, à destination de Paris", pour y effectuer "une visite d'amitié et de travail", selon un communiqué du service de communication de la présidence tchadienne, qui ne livre aucun détail sur le programme.Selon l'Elysée, Emmanuel Macron et Mahamat Idriss Déby Itno se verront lundi dans le cadre de la préparation du G5 Sahel. La date de ce nouveau sommet n'est pas encore complètement arrêtée mais il devrait se tenir autour des 8/9 juillet.Un membre de la délégation tchadienne avait précédemment évoqué un dîner dimanche soir entre les deux hommes. La France, l'ancienne puissance coloniale au Tchad, est le troisième pays visité par le chef de la junte militaire depuis qu'il a pris le pouvoir, après le Niger et le Nigeria.Dès le 20 avril, le CMT a proclamé son chef président de la République, dissous le Parlement et le gouvernement et abrogé la Constitution. Il a promis des élections "libres et transparentes" après une période de transition de 18 mois renouvelable une fois.La communauté internationale, l'Union africaine (UA) et la France en tête, ont exigé que cette période n'excède pas 18 mois. Or fin juin, Mahamat Déby a laissé entendre qu'il n'excluait pas une prolongation.L'armée tchadienne est l'un des principaux piliers de la lutte contre les groupes jihadistes dans le Sahel. Lors des obsèques d'Idriss Déby, M. Macron était le seul chef d'Etat occidental a être allé à N'Djamena rendre un hommage appuyé au défunt et à rencontrer son fils et successeur.M. Macron a récemment annoncé un prochain désengagement militaire progressif de la France au Sahel. La force antijihadiste française Barkhane (5.100 hommes actuellement) va disparaître au profit d'un dispositif resserré, focalisé sur la lutte antiterroriste et l'accompagnement au combat des armées locales.