Le CIO suspend le comité olympique ghanéen qui pourrait manquer les JO de 2012

Par La rédaction

LAUSANNE (AFP)

Le Comité international olympique (CIO) a annoncé avoir suspendu jeudi le comité olympique du Ghana (GOC) en raison "d'interférences politiques" du gouvernenement dans l'autorité olympique nationale, ce qui pourrait priver le pays des jeux de Londres, en 2012.

"Il y a au Ghana une loi en matière de sport qui ne respecte pas la charte olympique", a commenté Jacques Rogge, président du CIO, lors d'une conférence de presse cloturant deux jours de réunion de la commission exécutive.

"Nous avons eu beaucoup de discussions.Le gouvernement du Ghana a fait beaucoup de promesses qui ne se sont pas matérialisées.En conséquence, nous avons décidé de suspendre" le comité olympique ghanéen, a-t-il annoncé.

La suspension du Ghana pourrait, si elle est encore d'actualité à ce moment là, signifier une interdiction de jeux Olympiques pour les athlètes nationaux en 2012.Pour l'éviter, le Ghana doit mettre en conformité sa loi avec la charte olympique et assurer l'indépendance complète de son comité olympique.

Parallèlement, M. Rogge a laissé entrevoir une porte de sortie pour les sportifs qui pourraient alors concourir sous un drapeau indépendant.

Le conflit qui a abouti à cette décision remonte au mois de juin 2009 lorsque Francis Dodoo, ancien champion de triple saut et président de la fédération nationale d'athlétisme, a été élu à la tête du GOC.Un résultat contesté par le président sortant Benson Tongo Baba, en poste depuis douze ans.

Le gouvernement ghanéen a reconnu Dodoo tandis que le CIO, saisi d'une plainte de Baba à propos d'influences extérieures ayant contribué à sa défaite, a continué de reconnaître l'ex-président.

Les diverses rencontres entre le CIO et le gouvernement ghanéen n'ont apporté aucun changement, notamment en matière législative, avant l'ultimatum fixé par le CIO au début du mois de janvier.

Début 2010, le CIO avait suspendu le Koweit pour des raisons similaires.

Sur le même thème, le président du CIO a annoncé qu'un avertissement avait été envoyé à l'Inde où une nouvelle loi limite le pouvoir des autorités sportives.

Enfin, en raison de la dissolution du comité olympique des Antilles néerlandaises, les athlètes de ce pays défileraient probablement sous la bannière olympique lors des prochains JO.