Le développement du Sambo en Afrique

6 juin 2019 à 18h40 par La rédaction

AFRICA RADIO

A quelques jours des Championnats d'Afrique de Sambo, le journaliste Hakim Djelouat (agence internationale HDN Média) est allé à la rencontre de Dalil Skalli au Maroc, président de la Confédération Africaine de Sambo (lutte sportive) et vice-président de la Fédération Internationale de Sambo, pour nous éclairer sur le développement d'un sport en Afrique, le Sambo. Casablanca sera la ville hôte marocaine des prochains championnats d'Afrique de Sambo qui se disputeront du 14 au 17 juin.<br /> <br /> Dossier réalisé par *Hakim Djelouat (Agence internationale HDN Media).

C'est quoi le Sambo ?
Le sambo est un art martial, une forme de lutte sportive spectaculaire né en Russie et qui s'apparente à la lutte africaine, au judo, à l'aikido et à la lutte olympique (lutte libre, lutte féminine et lutte gréco-romaine). Il existe deux formes de lutte en sambo, le sambo sportif et le sambo combat qui s'apparente plus aux arts martiaux mixtes (MMA) avec des règles plus strictes et des protections pour l'intégrité physique des athlètes (casque, gants de boxe, protège-dents, coquille, protège-tibias etc...). Selon la Fédération internationale de sambo, "les athlètes qui pratiquent le sambo dans le monde entier viennent souvent de clubs de judo ou de lutte olympique" et trouvent que la discipline est plus ouverte que celles qu'ils pratiquent tel que le judo ou la lutte.
_
Le sambo fait son entrée en démonstration aux jeux africains 2019
C'est fait ! le sambo apparaitra officiellement en démonstration pour la première fois aux jeux olympiques africains plus communément appelés les jeux africains en septembre 2019. C'est une bonne nouvelle pour le sambo qui n'est pas encore définitivement une discipline olympique du programme des jeux d'été mais c'est un grand pas pour celles et ceux qui pratiquent ce sport encore peu connu du grand public. Cette récompense sur le continent africain est le fruit du travail d'une grande équipe et d'un sportif marocain, Dalil Skalli qui préside la confédération africaine de sambo et que l'on surnomme depuis très longtemps, la voix du sambo africain. Il y a 32 ans, en 1987 la coupe du monde de sambo, tournoi international prestigieux de sambo était délocalisée d'Europe de l'est jusqu'en Afrique du nord et organisé sur le sol africain pour la première fois avec plusieurs athlètes du continent médaillés. Un peu plus tard en 2005, la confédération africaine de sambo accueillera les premiers championnats d'Afrique. En 2015, ce sont les championnats du monde de sambo sénior qui ont eu lieu sur la terre marocaine avec plus de 80 pays présents et près de 600 athlètes issus du monde entier selon la fias. Il y a quelques mois en 2018, les championnats du monde master (vétéran) de sambo étaient organisés avec succès au Maroc à Casablanca, réunissant selon l'organisation près de 250 sportifs venus des quatre coins du monde. La confédération africaine de sambo se développe à l'échelle du continent et organise du 14 au 17 juin 2019, les championnats d'Afrique de sambo à Casablanca avec la participation d'une vingtaine de pays et près de 100 athlètes issus de tout le continent.
_

Première reconnaissance olympique pour le sambo
Un championnat d'Afrique de sambo "c'est une grande fête sportive pour l'Afrique toute entière" selon Dalil Skalli. Il ajoute avec sourire et fierté que "la confédération Africaine de sambo compte à ce jour une trentaine de pays africain adhérent". En novembre 2018, une délégation de pays africains se rendait en Roumanie pour disputer les championnats du monde de sambo sans savoir qu'à Bucharest le sambo allait recevoir quelques jours plus tard sa première reconnaissance olympique par le CiO (comité international olympique), historique. Une première preuve de reconnaissance internationale qui réjouit le vice-président de la fédération internationale de sambo et qui attendait cette reconnaissance Olympique depuis plus de 30 ans. Les larmes aux yeux, Dalil Skalli poursuit "vous savez Hakim, j'en ai rêvé et ça fait du bien de savoir que tout le travail que nous avons accompli depuis tant d'années a été reconnu", en rajoutant, "ce n'est qu'une première reconnaissance olympique et nous avons encore beaucoup de travail à faire. En effet, cette première reconnaissance" selon Dalil Skalli, "montre aussi le travail fourni par toutes les fédérations Africaines de sambo sur le terrain, des présidents, des entraineurs, des athlètes et des bénévoles et celui bien entendu de la fias et de la confédération Africaine de sambo depuis tant d'années." Le sambo va rejoindre les jeux olympiques africains (Jeux Africains 2019) en démonstration au Maroc en septembre prochain. Si les efforts de développement du Sambo se poursuivent chaque année à travers le monde, il est important de rappeler que tous les comités et fédérations sportives de chaque continent contribuent à cette première reconnaissance olympique grâce aux efforts réalisés sur le terrain par les clubs affiliés au comité respectif, aux bénévoles, aux entraîneurs de l'ombre, aux athlètes et aux dirigeants de ce sport en plein développement.
_

La confédération Africaine de sambo a organisé 13 championnats d'Afrique
La confédération Africaine de sambo travaille dur pour le développement de la pratique sur le continent. Selon son président, la confédération africaine de sambo compte à ce jour 25 arbitres africains et 10 à l'échelle mondiale. "Ce n'est pas assez !" estime le président de la confédération africaine de sambo car "plus les africains seront représentés en tant qu'arbitre à l'international, plus le Sambo pourra se développer à l'échelle du continent, car les arbitres sont aussi des formateurs à part entière à l'échelle de leur pays au niveau sportif et au niveau des règles sportives de la discipline." Le président de la confédération africaine de sambo ajoute que "les pays africains seront probablement présents lors des championnats du monde en Corée en Novembre 2019 selon les moyens financiers de chaque pays." Il souligne et insiste que "la Corée est loin, et les frais de déplacements coûtent chers pour les fédérations africaines de sambo. Il manque concrètement des moyens pour les pays. Pour le moment, nous comptons 5 pays inscrits pour les championnats du monde de sambo qui se dérouleront en Corée en fin d'année 2019". Il est important de rappeler que la confédération africaine de sambo a organisé depuis sa création 13 championnats d’Afrique de 2005 à 2018 à Casablanca au Maroc. Au-delà du Maroc, les championnats d'Afrique de sambo ont été organisé à Yaoundé au Cameroun en 2014, à Niamey au Niger en 2016, à Victoria aux Seychelles en 2017 et à Hammamet en Tunisie, en 2018. Le savoir faire de la confédération africaine de sambo en matière d'organisation d'évènement sportif international est reconnu par les plus hautes autorités des pays du continent et les comités olympiques africains s'intéressent de plus en plus à ce sport et à l'organisation de ces manifestations d'envergures. A noter, que 2 championnats du monde master ont été organisés en moins de 10 ans, respectivement en 2012 et 2018 à Casablanca, au Maroc. Un championnat du monde sénior en 2015 a été accueilli à Casablanca, réunissant plus de 80 pays et près de 600 athlètes selon les institutions sportives.
_

Quels sont les bénéfices de la reconnaissance olympique pour les pays membres du continent africain ? 
D’un point de vue sportif Dalil Skalli pense "que c'est une opportunité pour les athlètes et les comités nationaux de faire partie des élites du monde sportif olympique (CiO)."  Il souligne que "le sambo sera considérée sur le même pied d’égalité que les autres sports de combat ou arts martiaux tel que le judo, la lutte et le taekwondo." En matière de formation, un gros effort est effectué pour le développement de la pratique selon la confédération africaine de sambo. "Nous organisons chaque année des stages internationaux de formation des arbitres et des entraîneurs sous la direction de la fias. Ces stages sont devenus annuels et concernent tous les pays sans distinction de nationalité ou de continent. L’invitation est adressée à chaque fédération et comité national. Le coaching et la formation des cadres techniques ou éducatifs ont également leur place dans le plan d’actions de la confédération africaine de sambo."
En Afrique, le sambo se développe grâce aux manifestations organisées à l'échelle du continent et de chaque pays africain. La fias soutien la confédération africaine de sambo. Un découpage de l'Afrique avait été officialisé par la confédération africaine de sambo en 2007 et tous les membres des fédérations affiliées lors des championnats d'Afrique de sambo aux Seychelles. Ce découpage de l'Afrique en zone est primordial pour le développement du Sambo et a pour objectif de faciliter les déplacements des délégations lors des campagnes de qualification aux championnats d'Afrique. Si le sambo a reçu du comité internationale olympique une première reconnaissance en matière d'olympisme en novembre 2018, il n'en demeure pas moins qu'il reste encore beaucoup de travail à fournir en matière de développement de la pratique à travers le monde pour voir un jour le sambo aux programmes des jeux olympiques d'été.

_

Journaliste - *Hakim DJELOUAT
Agence internationale HDN Media pour Africa Radio.
Casablanca, Maroc.
 
*Hakim Djelouat est un journaliste français qui travaille pour l'agence internationale indépendante HDN Media. Il collabore depuis 10 ans avec Eurosport Discovery & Africa Radio. Il a rejoint le groupe RMC Sport & SFR il y a 6 ans. Hakim Djelouat est membre de la commission Média & Marketing de la fédération internationale de sambo et préside la commission Media & Communication de la WMO, Organisation Mondiale du Muay-Thai rattachée au Ministère des Sports de Thaïlande (Bangkok, Thaïlande).