Le film des évènements en Tunisie

Par La rédaction

TUNIS (AFP)

Voici le film des événements survenus vendredi en Tunisie où, à la suite d'un mois d'une crise sociale et politique sans précédent marquée par une répression sanglante, le président Ben Ali a fui le pays:

- Des milliers de manifestants se rassemblent dès le matin à Tunis et en province --Sidi Bouzid et Regueb (centre-ouest), Kairouan (centre)-- aux cris de "Ben Ali dehors".

- Le ministre tunisien des affaires étrangères Kamel Morjane estime possible la formation d'un gouvernement d'union nationale.

- Dans l'après-midi, à Tunis, les manifestants sont dispersés par la police à coups de grenades lacrymogènes.Des heurts violents opposent manifestants et policiers anti-émeutes.Un photographe français est blessé à la tête par un tir de gaz lacrymogène.

- Des blindés de l'armée se déploient devant les ministères de l'Intérieur, des Affaires étrangères et devant la Télévision et radio nationales.

- Ben Ali limoge son gouvernement dans le cadre de mesures d'apaisement annoncées la veille et appelle à des législatives anticipées dans six mois, déclare le Premier ministre Mohammed Ghannouchi, qui indique avoir été chargé de former le nouveau gouvernement.

- Des voyagistes rapatrient des milliers de touristes européens.Air France annule ses vols à destination et à partir de Tunis.

- L'état d'urgence est décrété dans tout le pays.L'armée contrôle l'aéroport de Tunis qui est fermé.

- Le chef du Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT, interdit), Hamma Hammami, interpellé mercredi, est libéré.

- Les principaux partis d'opposition tunisiens, légaux comme interdits, demandent "le départ de Ben Ali et l'instauration d'un gouvernement provisoire chargé dans les six mois d'organiser des élections libres", dans une déclaration publiée à Paris.

- Le Premier ministre Mohammed Ghannouchi annonce à 17H00 GMT à la télévision qu'il assure l'intérim de la présidence en remplacement de Zine El Abidine Ben Ali, qui a quitté le pays après 23 ans de pouvoir.

Il lance un appel à l'unité des Tunisiens, toutes sensibilités confondues et assure que la Constitution sera respectée.

- Selon la Fédération internationale des ligues de droits de l'homme (FIDH), 66 personnes ont été tuées depuis le début mi-décembre des émeutes.En outre jeudi, 13 civils ont été tués à Tunis et sa banlieue et 2 autres à Kairouan, selon des témoins et des sources médicales.