Le général sénégalais Gaye nommé conseiller de Ban Ki-moon à l'ONU

Par La rédaction

DAKAR (AFP)

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a nommé le général sénégalais Babacar Gaye, ancien chef de la force de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monuc), conseiller militaire pour les opérations de maintien de la paix, a-t-on appris vendredi auprès de l'ONU.

Le général Gaye remplace le général nigérian Chikadibia Isaac Obiakor dont le mandat prend fin le 12 septembre, selon un communiqué de l'ONU transmis au bureau de l'AFP à Dakar.La durée du mandat n'a pas été précisée.

Le général Gaye, né en 1951, a dirigé pendant cinq ans la force de la Monuc, récemment transformée en Mission de l'ONU pour la stabilisation en RDC (Monusco).

Il avait commandé cette force de mars 2005 à octobre 2008, avant d'être remplacé par le général espagnol Vicente Diaz de Villegas.Il avait été renommé temporairement à son poste après la démission de ce dernier en octobre 2008 pour raisons personnelles.

Le général Gaye a mené "une longue et brillante carrière dans l'armée sénégalaise dont il a été le chef d'état-major.Il a également participé à deux autres opérations de maintien de la paix de l'ONU dans le Sinaï dans les années 70 et au sud Liban dans les années 80", indique le communiqué.

Il fait partie des sept responsables de l'armée et de la marine sénégalaises encore visés par un mandat d'arrêt international émis en septembre 2008 par le juge français Jean-Wilfrid Noël, à la suite d'une plainte de victimes françaises du bateau Le Joola déposée en 2003.Il était chef d'état-major général de l'armée sénégalaise au moment du naufrage du Joola.

Le Joola a chaviré au large de la Gambie le 26 septembre 2002, alors qu'il reliait Ziguinchor, la principale ville de Casamance, à Dakar.

La catastrophe a fait 1.863 morts et disparus (dont 22 ressortissants français), selon le bilan officiel, plus de 2.000 selon les associations de familles de victimes, soit plus que le naufrage du Titanic (1.500 morts).Seules 64 personnes avaient survécu.