Le Malawi reporte la destruction de ses stocks d'ivoire

2 avril 2015 à 12h49 par La rédaction

Blantyre (Malawi) (AFP)

Le Malawi a reporté jeudi la destruction de quatre tonnes d'ivoire, expliquant qu'il attend que la justice libère davantage de défenses d'éléphants actuellement sous scellés avant de les brûler en public pour montrer son engagement contre le trafic d'ivoire.

"Nous serons en mesure de brûler 6,6 tonnes d'ivoire" quand la justice aura libéré 2,6 tonnes supplémentaires, a déclaré le président Peter Mutharika.

S'exprimant notamment devant des donateurs et des défenseurs de l'environnement qui avaient été réunis pour l'événement devant le Parlement à Lilongwe, le président malawite n'a pas pu dire quand il entendait allumer le brasier.

"La criminalité contre les animaux sauvages augmente rapidement au Malawi et nous devons agir rapidement contre les braconniers et le trafic de l'ivoire", a-t-il relevé devant l'amas de défenses.

Selon des experts, ces 4 tonnes d'ivoire auxquelles il aurait dû mettre le feu proviennent d'environ 500 éléphants, et sont estimées à 7,5 millions de dollars.

Il ne reste plus qu'environ 2.000 éléphants au Malawi, deux fois moins que dans les années 1980, selon M. Mutharika.

L'éléphant d'Afrique pourrait rapidement disparaître à l'état sauvage, victime du braconnage pour l'ivoire, si de très énergiques mesures ne sont pas prises immédiatement, ont averti des experts réunis la semaine dernière au Botswana pour tenter de sauver cet emblématique pachyderme.