Le Met de New York va rendre à l'Egypte 19 objets de la tombe de Toutankhamon

Par La rédaction

LE CAIRE (AFP)

L'Egypte, qui mène un combat inlassable pour récupérer ses antiquités dispersées à travers le monde, a annoncé mercredi que le Metropolitan Museum of Art de New York allait lui restituer 19 petites pièces identifiées comme provenant de la tombe du légendaire Toutankhamon.

"Grâce à la générosité et au sens éthique du Met, ces 19 objets de la tombe de Toutankhamon vont pouvoir rejoindre les autres trésors du jeune pharaon", a déclaré le chef du Conseil suprême des antiquités, Zahi Hawass, dans un communiqué.

Le célèbre musée new yorkais a accepté de reconnaître les droits de l'Egypte sur ces pièces qu'il détient depuis le début du XXème siècle, après en avoir déterminé la provenance précise, selon le communiqué.

 Ces objets sont majoritairement composés de petits fragments.Toutefois, quatre d'entre eux ont "un intérêt historique plus significatif", notamment un petit chien en bronze et un élément de bracelet représentant un sphinx.

Ils resteront aux Etats-Unis jusqu'à la mi-2011 avant d'être envoyés en Egypte où il rejoindront le Musée Egyptien du Caire, où est exposé le fabuleux trésor de l'enfant-pharaon, notamment son masque d'or massif.

La tombe de Toutankhamon, pharaon de la XVIIIème dynastie, présumé mort vers l'âge de 18 ans après avoir régné une dizaine d'années il y a plus de 3000 ans, a été découverte en 1922 par l'archéologue britannique Howard Carter.

Bien qu'il ait été décidé à l'époque que le fabuleux trésor funéraire mis au jour resterait en Egypte, des pièces de petite dimension ont pu sortir du pays, précise le communiqué.

L'Egypte déploie une intense activité pour obtenir le retour de ses innombrables antiquités éparpillées à travers le monde, arguant du fait qu'une grande partie est sortie illégalement du pays.

En avril dernier, Le Caire a organisé une conférence internationale sur le retour des antiquités "volées", au cours de laquelle sept pays --Egypte, Guatemala, Nigeria, Syrie, Grèce, Pérou, Libye-- ont présenté une liste de pièces de très grande valeur à récupérer en priorité.

Pour l'Egypte, la liste comprend un buste de Néfertiti (Berlin), la pierre de Rosette (Londres), le zodiaque de Denderah (Paris), un buste du dignitaire Ankhaf (Boston), une statue de Hemiunu (Hildeheim, Allemagne) et une statue de Ramsès II (Turin).

Aucun de ces pays n'a toutefois manifesté l'intention de restituer ces pièces d'une valeur inestimable.

M. Hawass se prévaut toutefois d'avoir obtenu le retour dans son pays de plusieurs milliers de pièces au cours des dernières années, pour la plupart de petite dimension.

L'an dernier l'Egypte a récupéré des fragments de fresques auprès du musée du Louvre, après avoir fait le forcing en suspendant ses relations avec le musée parisien

En avril dernier un sarcophage pharaonique a quant à lui été restitué par les Etats-Unis, 125 ans après avoir été sorti illégalement du pays.

Plus insolite, un scientifique suisse a remis il y a six mois à l'Egypte un doigt de pied de la momie du pharaon Akhenaton, père de Toutankhamon, dérobé en 1907 lors d'un examen des ossements.