Le Mozambique dans le flou après la mort du chef historique de l'opposition

Par AFP

AFRICA RADIO

La mort subite du chef historique de la guérilla puis de l'opposition Afonso Dhlakama a plongé le Mozambique en pleine incertitude politique, alors que le fragile processus de paix avec le gouvernement semblait proche d'aboutir.

Annoncé jeudi soir, le décès du patron de la Résistance nationale du Mozambique (Renamo), 65 ans, dans son camp retranché de montagnes de Gorongosa (centre) a pris le pays de cours.

Lors d'un entretien accordé à la télévision nationale, le président Filipe Nyusi a confié tout on désarroi face à la disparition de son adversaire, dont il appris très tardivement qu'il souffrait, selon les médias locaux, d'un sévère diabète.

"Je suis bouleversé car j'aurais dû obtenir son transfert (pour des raisons médicales), mais ils (la Renamo) ne m'ont pas dit il y a une semaine qu'il était malade.Je l'ai seulement appris il y a un jour", a regretté le chef de l'Etat.

La presse locale a affirmé que l'hélicoptère que M. Nuysi avait dépêché à Gorongosa pour faire hospitaliser d'urgence Afonso Dhlakama était arrivé trop tard.

"C'est une mauvaise période pour nous", a ajouté le président, qui négociait depuis plusieurs mois directement avec le chef de la Renamo un accord de paix susceptible de mettre un terme à la rébellion relancée par la Renamo fin 2013.

"La dernière fois qu'il m'a parlé, il m'a dit qu'il ne voulait rien manquer des négociations de paix", a-t-il poursuivi, "j'espère que nous tous, Mozambicains, pourrons continuer à faire tout ce qui est possible pour que les choses ne dérapent pas".

- 'Complications' -

A six mois des élections locales et un an et demi des prochains scrutins présidentiel et législatifs, la disparition d'Afonso Dhlakama risque de retarder l'issue des pourparlers.

"Sa mort va compliquer les efforts de paix", a estimé à l'AFP Alex Vines, du centre de réflexion britannique de Chatham House.

"J'anticipais un accord dans les huit prochaines semaines, ce ne sera pas possible", a-t-il ajouté, "le pouvoir au sein de la Renamo était très centralisé autour de Dhlakama et toutes les décisions importantes n'étaient prises qu'avec son aval".

Pendant trente-neuf ans, Afonso Dhlakama a dirigé d'une main de fer le mouvement, qui a combattu le Front de libération du Mozambique (Frelimo, au pouvoir) jusqu'en 1992 lors d'une guerre civile particulièrement meurtrière.

Au retour à la paix, il est devenu le premier opposant du régime mais a échoué systématiquement à l'élection présidentielle.

Son parti avait repris les armes dans le centre du pays en 2013 pour contester la mainmise du parti au pouvoir.Après une nouvelle défaite à la présidentielle en 2015 face à l'actuel président, M. Dhlakama avait repris le maquis.

Fin 2016, il a toutefois proclamé un cessez-le-feu.Cette trêve est depuis respectée et a permis au gouvernement et à la Renamo de faire avancer les discussions en vue d'une paix durable.

Les deux parties se sont notamment accordées sur une réforme constitutionnelle dite de "décentralisation" qui doit permettre à la Renamo d'obtenir quelques postes de gouverneurs de provinces lors des prochaines élections locales.

- Elections -

Elles continuaient à discuter de l'épineuse intégration des éléments armés de la Renamo dans l'armée et la police.

"Nous encourageons les dirigeants de la Renamo et leurs homologues du gouvernement du Mozambique à honorer l'héritage de M. Dhlakama (...) une nation libérée des chaînes de la guerre et de la violence", a déclaré l'ambassade des Etats-Unis à Maputo.

Sonné par la disparition de son chef charismatique, l'état-major de la Renamo s'est gardé de toute déclaration politique.

"Nous avons perdu notre père, notre maître, celui qui était la lumière de nombreux Mozambicains", a déploré le secrétaire général du parti, Manuel Bissopo, à la télévision.

Selon M. Bissopo, M. Dhlakama devrait être enterré dans son village natal de Mangunde, dans le centre.

La mort d'Afonso Dhlakama a décapité la Renamo à quelques mois seulement des élections locales, alors qu'elle semblait gagner du terrain sur le parti au pouvoir."Cela va impacter leurs performances", a anticipé Alex Vines.

Elu fin 2014, Filipe Nyusi est déstabilisé depuis plus d'un an par le scandale dit de la "dette cachée".

Le Mozambique, un des pays les plus pauvres du continent, est plongé dans une grave crise économique et financière provoquée par la découverte d'une dette de 2 milliards de dollars que son gouvernement avait tenue secrète.

L'opposition accuse le chef de l'Etat d'avoir bénéficié personnellement de cette opération.

str-pa/jlb