Le Mozambique poursuit le franco-libanais Iskandar Safa dans une affaire de pots-de-vin

2 août 2019 à 15h10 par AFP

AFRICA RADIO

Le Mozambique a lancé des poursuites judiciaires contre le milliardaire franco-libanais Iskandar Safa, dont le groupe de chantier naval est au centre d'un scandale financier d'un montant de deux milliards de dollars, a indiqué vendredi le bureau du procureur général.

"Une enquête est en cours", a confirmé vendredi une source au sein du bureau du procureur, sans fournir davantage de détails.A Londres, un responsable de la chambre commerciale de la Haute Cour a confirmé à l'AFP que le Mozambique avait déposé plainte contre M. Safa.La plainte a été déposée le 31 juillet auprès de cette cour et aucune date n'a encore été fixée pour les auditions, a ajouté cette source.La holding du magnat franco-libanais, Privinvest, un groupe de chantiers navals basé à Abou Dhabi, a signé des contrats avec des entreprises publiques au Mozambique pour leur fournir des navires et des services de sécurité maritime.Le gouvernement du Mozambique avait révélé en 2016 avoir contracté des prêts d'un montant de deux milliards de dollars entre 2013 et 2015 en vue d'acheter des navires à Privinvest. Il avait alors admis avoir caché l'existence de ces prêts au Parlement ainsi qu'aux bailleurs de fonds internationaux du pays, ce qui a entraîné la suspension de l'aide internationale.Un audit indépendant a révélé qu'un quart du montant des prêts a été détourné, tandis que 750 autres millions ont servi à acheter du matériel à Privinvest, qui a été surfacturé.Interrogé, le porte-parole de Privinvest pour le dossier du Mozambique, Jeffrey Birnbaum, a nié toute malversation."M. Safa ne peut pas faire de commentaire sur les raisons qui ont poussé le gouvernement du Mozambique à ouvrir une procédure contre lui personnellement" tant qu'il n'est pas en possession des détails le concernant, a-t-il dit dans un courriel."Il n'accepte pas d'être placé sous la juridiction d'un tribunal anglais et, en tout état de cause, nie tout tort" dans cette affaire, a ajouté M. Birnbaum. Le porte-parole a assuré que Privinvest avait respecté ses engagements et avait tout fait pour la réussite de ses projets au Mozambique. Il a en revanche accusé la partie mozambicaine de ne pas avoir respecté les siens.Les poursuites judiciaires engagées par le gouvernement du Mozambique contre M. Safa font suite à des révélations faites par un banquier suisse, Andrew Pearse. Ce dernier a déclaré le mois dernier devant un tribunal new-yorkais que M. Safa lui avait "viré des millions de dollars de pots-de-vin" pour s'assurer l'obtention de prêts de la part de Crédit Suisse.Pour leur part, les Etats-Unis estiment qu'au moins 200 millions de dollars ont été dépensés en pots-de-vin.Plusieurs personnes ont été arrêtées dans cette affaire, dont l'ancien ministre des Finances mozambicain Manuel Chang arrêté l'an dernier en Afrique du Sud. Il est soupçonné d'avoir reçu 12 millions de dollars de pots de vin. Les Etats-Unis et le Mozambique réclament tous deux son extradition.bur-sn/mgu/ri/alb/nas/jlb/sd