Le Nigeria abandonne ses poursuites contre Dick Cheney

17 décembre 2010 à 12h19 par La rédaction

LAGOS (AFP)

Le Nigeria a abandonné vendredi les poursuites contre l'ex vice-président américain Dick Cheney et d'autres suspects dans un scandale de corruption présumée après un accord conclu avec le géant américain des services pétroliers Halliburton, a déclaré l'agence anti-corruption nigériane.

"Les accusations ont été abandonnées aujourd'hui" dans le cadre d'un règlement de 250 millions de dollars avec le groupe américain dont le vice-président de George W. Bush a été le patron, a dit le porte-parole de l'agence, Femi Babafemi, à l'AFP.

Parmi les autres accusés figuraient le patron de Halliburton David Lesar, la société elle-même et son ancienne filiale Kellogg Brown and Root (KBR), le patron de KBR Albert "Jack" Stanley et son dirigeant actuel William Utt.

M. Babafemi a déclaré que les poursuites avaient été abandonnées contre les neuf personnes et sociétés mises en cause.

Les autorités nigérianes avaient porté plainte début décembre auprès de la Haute Cour d'Abuja contre M. Cheney et d'autres responsables de Halliburton accusés d'avoir versé des pots de vin liés à la construction d'une usine de gaz liquéfié au Nigeria.

M. Cheney a dirigé le groupe de services pétroliers Halliburton avant de devenir vice-président des �?tats-Unis de 2001 à début 2009.

M. Babafemi avait déclaré au début de la semaine que le Nigeria avait négocié un arrangement de 250 millions de dollars avec Halliburton en échange de l'abandon des poursuites.

L'arrangement conclu à la suite de négociations tenues au cours du week-end à Londres devait être ratifié par le gouvernement avant de s'appliquer, avait-il ajouté

Selon M. Babafemi, les 250 millions de dollars que doit payer Halliburton comprennent 130 millions actuellement gelés en Suisse.Le reste serait payé sous forme d'amendes.

Selon une autre source, ce sont 100 millions qui se trouvent en Suisse et 30 autres à Monaco.

L'avocat de M. Cheney avait affirmé la semaine dernière que les accusations du Nigeria étaient "sans aucun fondement".Halliburton, qui avait affirmé ne pas être impliquée dans cette affaire, s'est refusé à tout commentaire sur cet arrangement.

Le procureur chargé du dossier, Godwin Obla, avait déclaré que la saisie des tribunaux correspondait à la volonté du Nigeria de juger "tous les participants à l'entreprise criminelle associés à des actes corruption en échange de contrats" sur une longue période.

"Ni noms, positions ou fonctions ni la géographie n'auront d'effet sur les décisions de l'accusation", avait-il dit.

Le responsable local d'Halliburton au Nigeria avait été convoqué au début du mois par la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC) du Nigeria sur l'affaire de pots-de-vin présumés de 182 millions de dollars versés sur une dizaine d'années jusqu'à 2005 dans la construction d'une usine de gaz naturel liquéfié dans le sud du Nigeria.

En 2009, Halliburton et son ancienne filiale KBR, avaient déjà accepté de verser 579 millions de dollars au total après avoir plaidé coupable de corruption au Nigeria, 8ème exportateur mondial de pétrole.