Le Parlement tanzanien approuve des amendements renforçant l'immunité du pouvoir

10 juin 2020 à 17h58 par AFP

AFRICA RADIO

Le Parlement tanzanien a approuvé mercredi un projet de loi comportant une série d'amendements qui renforceront l'immunité des principaux dirigeants du pays, malgré les vives critiques formulées par l'opposition ces derniers jours.

"La majorité des députés ont voté le projet de loi et maintenant nous attendons que le président le promulgue", a déclaré le vice-président de l'Assemblée Tulia Ackson lors d'une session retransmise sur Bunge TV, la chaîne parlementaire. L'un de ces amendements protège, entre autres, le président, le vice-président, le président de l'Assemblée ainsi que son vice-président, de toute poursuite directe pour tout acte ou omission réalisé dans le cadre de leurs fonctions. "Protéger les leaders contre les poursuites lorsqu'ils contreviennent aux droits constitutionnels signifie leur donner les moyens de continuer à violer les droits", a déclaré Anna Henga, directrice exécutive du Legal and Human Rights Centre (LHRC). Un autre de ces amendements exige que toute personne portant plainte pour violations des droits constitutionnels puisse démontrer qu'elle a été personnellement affectée.Les organisations de défense des droits humains ont estimé que cet amendement ne leur permettrait plus d'engager des poursuites au nom de victimes."C'est un défi de plus pour les ONG, qui ont déjà été empêchées de poursuivre le gouvernement devant les Cours africaines", selon Onesmo Ole-Ngurumwa, coordinateur de la Coalition des défenseurs des droits de l'homme de Tanzanie.L'année dernière, la Tanzanie avait décidé d'empêcher les individus et les ONG de porter directement plainte contre le gouvernement devant la Cour africaine des droits de l'homme. Depuis l'élection du président John Magufuli en 2015, des meetings de partis d'opposition ont été interdits, des responsables de l'opposition arrêtés et poursuivis, des journaux fermés et des journalistes et artistes molestés ou menacés de mort, après avoir critiqué le gouvernement. Dans la nuit de lundi à mardi, le chef du principal parti d'opposition et détracteur de John Magufuli, Freeman Mbowe, a été hospitalisé après avoir été attaqué par des inconnus, son parti dénonçant une agression "lâche" et "politiquement motivée".str-md/sst