Le Pays de Galles, première victime de l�??arbitrage de la Coupe du Monde 2011

Par La rédaction

La courageuse équipe galloise est la première à être victime de l'arbitrage pendant cette Coupe du Monde 2011. Il aura fallu trois jours à la Coupe du Monde de Rugby 2011 pour connaître ses premières polémiques concernant l'arbitrage. Dimanche à Wellington, les Gallois perdaient de peu leur match face à l'Afrique du Sud. Une défaite 16-17 qui laisse un goût amer, d'autant plus que le XV Gallois a dominé tout au long du match. Une défaite que l'arbitrage aurait apparemment pu éviter.A la 15ème minute, James Hook exécute une pénalité en faveur du Pays de Galles. Aucune réaction dans les tribunes, Hook lui-même pense avoir échoué et se retourne après avoir constaté la passivité des arbitres. L'arbitre anglais Wayne Barnes et ses assistants n'ont aucune hésitation : la pénalité est invalidée sans même demander un retour vidéo. Or le ballon est bien passé à l'intérieur du poteau droit.L'International Rugby Board s'est exprimé sur cette affaire dès le lendemain par le biais d'un communiqué de presse. « Rugby World Cup Limited a clarifié le protocole d'appel à l'arbitre vidéo (Television Match Official) après le match, dimanche, ayant opposé l'Afrique du Sud au Pays de Galles. Suivant le protocole, l'arbitre de champ peut consulter l'arbitre assistant ou l'arbitre vidéo en cas de doute sur la validité d'un coup de pied de pénalité, d'un drop ou d'une transformation. Lors du match en question, le corps arbitral n'a pas jugé nécessaire de consulter l'arbitre vidéo après le coup de pied de pénalité, jugeant que celui-ci était manqué. Le protocole a donc bien été observé. L'IRB ne fera pas de commentaires supplémentaires ». Pas de place au débat.Warren Gatland, l'entraîneur des Gallois, a décidé de ne pas faire de polémique : "C'est le drame du sport. Mais cela nous concerne tous", a-t-il déclaré. Il rappelle également que ses hommes ont raté un drop et une autre pénalité à quelques minutes du coup de sifflet final, de quoi changer amplement la donne du match selon lui.En Nouvelle-Zélande, l'affaire fait tout de même scandale. Sympathie soudaine pour les Gallois ou ranc�?ur vis à vis du grand rival qu'est l'Afrique du Sud ? Le choix se tourne plutôt vers l'arbitre Wayne Barnes. En 2007, ce dernier arbitre le quart de finale de la Coupe du Monde France-Nouvelle Zélande. Wayne Barnes ne siffle pas l'en-avant sur le dernier essai des Bleus. Celui-la même qui mettra fin aux espoirs de titre mondial pour les All Blacks. Marion Ferrere