Le président malien promet des élections "transparentes"

Par La rédaction

BAMAKO (AFP) - (AFP)

Le chef de l'Etat malien, Amadou Toumani Touré, a promis samedi à l'occasion de ses derniers voeux à la nation avant de quitter le pouvoir, d'organiser des élections présidentielle et législatives "libres et transparentes".

"Le tenue d'élections régulières, libres et transparentes est un baromètre de la vitalité d'une démocratie, et nous avons l'obligation de les réussir, à la fois pour affirmer la maturité de notre démocratie, et pour maintenir notre pays dans la trajectoire ascendante", a notamment déclaré le président malien, dans une allocution à la nation.

Le premier tour de la présidentielle est prévu pour avril 2011.Il sera accompagné d'un référendum sur la nouvelle constitution.

Un éventuel second tour aura lieu une semaine après, alors que les futures législatives auront lieu en principe au mois de juillet.

"Le gouvernement (malien) prendra toutes les mesures nécessaires, tout en restant constamment ouvert au dialogue avec tous les acteurs impliqués dans le processus électoral, afin d'assurer le succès de tous les scrutins".

Il a également évoqué "les alternances politiques pacifiques qui valent (au Mali), le respect de la communauté des nations".

Abordant la situation au nord du Mali, le président malien a eu une "pensée" pour les otages européens enlevés dans le Sahel, en précisant que son pays mettait tout en oeuvre, pour leur libération.

"La bande sahélo-saharienne déjà fragile, doit gérer la nouvelle donne du retour des soldats de nationalité libyenne, mais originaires de nos pays, et, plus grave, celle de la dissémination d'armes de guerre", a poursuivi le président Amadou Toumani Touré.

Il a ensuite établit un bilan "positif" de son action à la tête de l'Etat malien au cours de ces dix dernières années, malgré "le chemin qui reste à parcourir"

Amadou Toumani Touré achève en 2012 son second et dernier quinquennat autorisé par la constitution malienne.Dans d'autres pays africains, les présidents modifient souvent la Constitution afin d'enchaîner plusieurs mandats et se maintenir au pouvoir.

Une vingtaine de candidats se sont déjà déclarés pour participer à la présidentielle malienne de 2012.