Le Rwanda lance un fonds destiné à réduire sa dépendance à l'aide étrangère

23 août 2012 à 18h37 par La rédaction


KIGALI (AFP) - (AFP)

Le Rwanda a officiellement lancé jeudi un fonds de développement alimenté par des dons de la population rwandaise, de la société civile, des entreprises et de la diaspora visant à permettre au pays d'être plus autonome vis-à-vis de l'aide étrangère, a constaté une journaliste de l'AFP. 

Ce fonds de développement a été créé en novembre, mais a été lancé jeudi, alors que plusieurs partenaires du Rwanda ont gelé leurs aides au développement, après la publication d'un rapport de l'ONU accusant Kigali de soutenir et d'armer une rébellion dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

"Il n'y a aucun pays au monde qui ait été développé par d'autres (...) cela n'a jamais existé nulle part ailleurs", a déclaré le président rwandais Paul Kagame, lors de la cérémonie de lancement de ce Fonds dénommé "Agaciro" - "dignité" en kinyarwanda, langue officielle du pays.

"L'aide ne suffira jamais, il faudra toujours un apport additionnel" pour développer le pays, a poursuivi le président rwandais soulignant que ce fonds ne changeait en aucun cas les relations avec les partenaires étrangers et qu'il ne s'agissait que d'un "complément".

La population, la société civile, les entreprises et la diaspora sont invités à alimenter ce fonds, par carte de crédit via un site Internet dédié, par virement bancaire ou encore par SMS.

Ces dons volontaires seront alloués au budget national et financeront un programme gouvernemental de développement économique et de lutte contre la pauvreté.

Les autorités rwandaises se sont défendues de tout lien entre le lancement jeudi du Fonds et la récente décision de plusieurs bailleurs, dont Washington, Berlin, La Haye et Stockholm de suspendre leur aide au Rwanda, après le rapport de l'ONU.Le président Kagame a néanmoins estimé que "le Rwanda est maltraité, harcelé par le monde entier".

"Quand vous êtes maltraités, vous devez trouver en vous une force pour échapper à l'injustice", a-t-il estimé.

"La réponse doit être (...) de faire en sorte de ne plus être maltraités.Parmi les facteurs qui renforcent cette capacité, je citerai ce fonds mis en place par le Rwanda.Ce fonds nous aidera à lutter contre l'injustice", a-t-il poursuivi.