Le Sud-Soudan va armer les milices contre les rebelles de la LRA

27 septembre 2010 à 9h39 par La rédaction

JUBA (Soudan) (AFP)

Le Sud-Soudan va fournir des armes aux milices défendant les communautés rurales pour lutter contre l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), a affirmé lundi le gouverneur de la région soudanaise la plus touchée par la rébellion ougandaise.

Des groupes d'autodéfense connus sous le nom de "Arrow Boys" --notamment armés de machettes-- gardent déjà les communautés rurales qui font l'objet d'attaques des combattants de la LRA, les forces de l'armée sudiste étant clairsemées dans la vaste jungle.

Le Parlement sud-soudanais a alloué cinq millions de livres soudanaises (deux millions de dollars) pour leur fournir des armes à feu, des systèmes de communication et les former, a indiqué Joseph Bakasoro, le gouverneur de l'Etat d'Equateur-Occidental.

"Les unités de garde des maisons seront formées et armées afin de fournir une défense efficace jusqu'à ce que les forces régulières puissent intervenir", a-t-il affirmé par téléphone de Yambio, la capitale de l'Etat.

"La LRA cible les civils et les villages de manière délibérée avec des attaques toutes les semaines.Les gens souffrent énormément", a-t-il ajouté.

Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées en plus de 20 ans, depuis que le chef de la LRA Joseph Kony a pris les armes, au départ contre le gouvernement ougandais.

Chassée d'Ouganda, la LRA sévit dans les denses forêts du Sud-Soudan, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC) et en Centrafrique.

Les groupes seront formés par l'armée sudiste, composée d'anciens combattants rebelles de l'Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), et seront en contact étroit avec elle, selon M. Bakasoro.

"Une fois que la LRA aura été vaincue et qu'il sera mis fin aux rebelles, alors la SPLA ira récupérer les armes auprès des unités", a-t-il dit.

Beaucoup craignent que la LRA ne déstabilise la région avant la tenue d'un important référendum sur l'indépendance du Sud-Soudan en janvier.

Des leaders sudistes accusent leurs anciens ennemis du nord du Soudan d'appuyer la LRA, ce que nie le gouvernement central à Khartoum.

Les brutalités de la LRA --meurtres, viols, enrôlement de force des enfants-- ont poussé plus de 25.000 personnes à fuir le seul Sud-Soudan depuis janvier, selon l'ONU.