Le tabagisme, terrible tueur en série�?�

Par La rédaction

100 milliards de cigarettes sont fumées chaque année. 66 000 morts par an sont liées au tabac en France, et 5 millions dans le Monde. Un fumeur régulier sur 2 meurt prématurément des suites de son tabagisme, dont la moitié avant l'âge de 65 ans. Les chiffres sont effrayants... Mardi 13 septembre, le Docteur Pascal Bogui, pneumologue à Abidjan, était l'invité d'Eugénie Diecky dans la Grande Matinale d'Africa n°1.Quelles sont les maladies liées au tabagisme ?La nicotine touche quasiment tous les organes. Mais les maladies liées au tabac les plus connues, et les plus visibles, sont les maladies respiratoires, puisque la nicotine passe par les poumons, donc il est normal que les bronches, c'est-à-dire les tuyaux qui amènent l'air aux poumons, soient les premières touchées. Le c�?ur et les vaisseaux, qui transportent la nicotine notamment vers le cerveau, sont eux aussi touchés. Mais vous pouvez aussi voir d'autres organes atteints, comme la vessie, l'estomac�?� On peut retenir au moins deux types de maladies : les cancers, qui vont toucher n'importe lequel de ces organes, et les maladies vasculaires, qui vont toucher par exemple les artères coronaires en les bouchant, ce qui va provoquer des infarctus, qu'on appelle communément des crises cardiaques.Finalement, il vaut mieux ne pas commencer à fumer ?Le fumeur fume par plaisir, mais il sous-estime la dépendance dans laquelle il va tomber, et une fois qu'il a commencé à fumer, il se fait piéger par la nicotine. Au bout d'un moment, il ne peut plus faire marche arrière�?�La dépendance n'est-elle pas d'abord psychologique ?C'est vrai qu'il y a des aspects psychologiques, notamment liés à la gestuelle, c'est-à-dire l'habitude de porter quelque chose à la bouche, mais il existe véritablement une dépendance chimique : le produit, comme chez les drogués à l'héroïne ou à d'autres drogues illicites est addictif, et le drogué à la nicotine ne peut plus se passer de cette substance, malgré sa volonté d'arrêter qui peut être forte. Au cabinet, nous avons des patients qui ont énormément fumé, qui doivent subir une intervention chirurgicale, et à qui il est interdit de fumer, mais le besoin de fumer est tellement fort qu'ils ne peuvent pas respecter cette interdiction, pourtant formulée par des médecins�?� Les patients luttent de toutes leurs forces contre cette dépendance, mais ils n'y arrivent pas. L'aspect psychologique est minime par rapport à cette forte dépendance chimique que provoque la consommation chronique de tabac.[Visitez le blog du Docteur Pascal Bogui...->http://www.pascal-bogui.com/]