Le témoignage de Campbell au procès Taylor se voulait le plus "discret" possible

Par La rédaction

LONDRES (AFP)

Le témoignage du mannequin britannique Naomi Campbell, la semaine dernière au procès de l'ex-président libérien Charles Taylor, se voulait le plus "discret, respectueux et simple" possible, a indiqué mercredi un responsable de ses relations publiques.

"On voulait que cela soit le plus discret, respectueux et simple possible", écrit Neil Wallis, membre de l'équipe de relations publiques du mannequin, dans l'hebdomadaire spécialisé "PR Week".

M. Wallis estime que le témoignage du top-model devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) s'est bien déroulé."Elle en est bien ressortie, aussi honnête que convaincante", juge le responsable des relations publiques.

Témoignant jeudi dernier devant le tribunal, le mannequin britannique a reconnu avoir reçu en cadeau "deux ou trois pierres ayant un aspect sale" peu après un dîner organisé par le président sud-africain Nelson Mandela auquel participait notamment Charles Taylor.

Mais ses dires ont été contredits par la suite par deux autres témoins.L'actrice américaine Mia Farrow a soutenu lundi que Naomi Campbell lui avait dit, au lendemain du dîner, avoir reçu un "énorme diamant" de l'ancien président libérien.Et Carole White, l'ex-agent du top-model, a de son côté assuré aux juges avoir vu son ancienne cliente se faire remettre "cinq ou six diamants".

Le mannequin avait dit que témoigner devant le tribunal la "gênait beaucoup"."Je ne voulais vraiment pas me retrouver ici", avait-elle dit.

Mme Campbell a répondu aux questions "de manière honnête et claire" et "sa nervosité compréhensible ne l'a fait trébucher qu'une seule fois", ajoute M. Wallis."Alors que Mme Campbell reprenait l'avion dans son jet privé avec son fiancé et que l'équipe juridique revenait à Londres, nous avons travaillé tout au long de l'après-midi avec les journalistes", a-t-il ajouté.

"Tout ce dur travail s'est par la suite reflété dans la majorité de la couverture médiatique dominée par des reportages largement neutres, ce qui en terme de relations publiques est positif", poursuit-il.