Législatives en Côte d'Ivoire: 5 morts depuis de le début de la campagne

Par La rédaction

ABIDJAN (AFP) - (AFP)

Cinq personnes, dont un candidat du parti présidentiel, ont été tuées en Côte d'Ivoire depuis le début le 3 décembre de la campagne pour les élections législatives de dimanche, a indiqué jeudi le ministre délégué à la Défense, Paul Koffi Koffi.

Le ministre a fait état de trois personnes tuées par un tir de roquette mercredi à Grand-Lahou (sud), d'un candidat du Rassemblement des républicains (RDR), le parti du président Alassane Ouattara, qui a été "brûlé" et d'un "jeune" villageois tué le week-end.Il s'exprimait à la télévision publique.

A Grand-Lahou, "un candidat PDCI (Parti démocratique de Côte d'Ivoire, au pouvoir) devait organiser son meeting.Pendant que les organisateurs préparaient les bâches, un individu non identifié a ouvert le feu avec une roquette", a précisé le ministre, qui s'était rendu sur place mercredi soir.

Il a également dénoncé l'utilisation d'"hommes en armes" par des candidats dans la campagne des législatives.

"Malgré nos appels à la retenue, notamment à ne pas utiliser les forces armées, en particulier les forces armées non officielles, nous avons fait le constat que certains candidats n'ont pas respecté cette consigne et se font accompagner par des hommes en armes", a-t-il poursuivi.

"Lorsque vous le faites, cela correspond à une milice.Encore une fois, le gouvernement en appelle à la responsabilité des candidats", a-t-il souligné."Il n'est pas question d'utiliser des hommes armés pour vous accompagner dans vos campagnes", a-t-il insisté.

"Le gouvernement va sévir, a-t-il menacé, et nous serons en mesure si cela est nécessaire de demander à la Commission électorale indépendante d'invaliser les scrutins où les candidats auraient utilisés les hommes en armes".

Les législatives de dimanche, boycottées par le parti de l'ancien président Laurent Gbagbo, sont censées sortir le pays de la grave crise post-électorale née de l'élection présidentielle contestée de novembre 2010 et ayant fait quelque 3.000 morts.

La campagne électorale s'achève vendredi soir.