Les "Amis du Soudan" menacent les "saboteurs" du processus de paix

Par AFP

AFRICA RADIO

Les "Amis du Soudan" menacent dans une déclaration ceux qui cherchent à faire dérailler le processus de paix après la multiplication des incidents sanglants ces dernières semaines dans plusieurs régions de ce pays d'Afrique de l'Est.

Regroupant 26 pays et institutions parmi lesquels la France, l'Arabie saoudite et les États-Unis, l'Arabie Saoudite, le Qatar et les Emirats ainsi que l'Union africaine et la Banque mondiale, les "Amis du Soudan" ont publié mercredi cette déclaration intitulée "Partenaires pour une paix durable au Soudan", à l'issue d'une réunion à Ryad en visioconférence.Les participants "ont mis en garde contre les tentatives pour faire échouer le processus de paix et la transition démocratique".Ils menacent "de faire subir les conséquences à tous ceux qui sabotent le processus de paix et la déclaration constitutionnelle du 17 aout 2019 qui ouvre la voie à une période transitoire de trois ans devant aboutir à des élections.Des incidents opposant des tribus arabes à des tribus africaines ont ensanglanté le Darfour, dans l'ouest du pays, et de violents affrontement tribaux ont lieu actuellement à Port-Soudan.La huitième conférence des "Amis du Soudan", qui s'est tenue mercredi à Ryad, a réuni le gouvernement de transition mis en place après la chute de l'autocrate Omar al-Bechir, les groupes armés et pour la première fois en tant qu'"invité d'honneur" le Soudan du sud, qui joue un rôle de médiateur pour rapprocher les ennemis d'hier.Les "Amis du Soudan" ont décidé de se réunir de nouveau en octobre pour discuter des réformes économiques et du suivi de la Conférence de Berlin qui avait eu lieu en juin, au cours de laquelle les donateurs s'étaient engagés à verser 1,8 milliard de dollars à ce pays.