Les Etats-Unis vont verser à la Tunisie 100 millions de dollars pour la dette

Par La rédaction

WASHINGTON (AFP) - (AFP)

Les Etats-Unis vont verser 100 millions de dollars à la Tunisie pour que le pays honore des paiements dus à la Banque mondiale et à la Banque africaine de développement, a annoncé jeudi la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

Cela permettra "au gouvernement tunisien d'utiliser à la place cet argent pour ses programmes prioritaires, pour accroître la croissance du pays et la création d'emplois", assure Mme Clinton dans un communiqué, précisant que le versement de cette aide restait soumis à l'approbation du Congrès américain.

Ce versement "viendrait en plus" d'un accord actuellement négocié entre Washington et Tunis en vertu duquel les Etats-Unis offriraient à la Tunisie des garanties de prêts lui permettant de lever "plusieurs centaines de millions de dollars" sur les marchés internationaux de capitaux, poursuit Mme Clinton.

"Au moment où la Tunisie progresse vers une nouvelle étape de sa transition historique vers la démocratie, les Etats-Unis travaillent pour l'aider à accélérer sa croissance économique au bénéfice de tous, à s'assurer que la démocratie profite au peuple tunisien", ajoute-t-elle.

"Nous appelons nos partenaires de la communauté internationale à se joindre à nous pour soutenir la Tunisie", conclut-elle.

Les emprunts contractés auprès de la Banque mondiale et à la Banque africaine de développement l'avaient été par le régime du président Ben Ali, tombé en janvier 2011.

Le don des Etats-Unis doit encore être approuvé par le Congrès, où des élus, particulièrement républicains, sont très sceptiques quant à l'aide internationale et s'inquiètent de l'influence de l'islamisme dans les pays arabes.

Le gouvernement américain a par ailleurs indiqué qu'il avait eu dans la semaine une nouvelle séance de négociations avec le gouvernement tunisien pour améliorer l'Accord-cadre sur le commerce et l'investissement (TIFA) signé par les deux pays en 2002.

"La Tunisie a clairement l'intention, à la suite de la révolution de 2011, d'ouvrir la voie à une nouvelle ère de liberté et d'opportunités économiques largement partagées.Les Etats-Unis veulent être un partenaire-clé pour aider la Tunisie à atteindre ces objectifs", a affirmé l'assistant au représentant américain au Commerce extérieur, L. Daniel Mullaney, dans un communiqué publié à l'issue d'un voyage à Tunis.

Selon la Banque centrale de Tunisie, le pays avait une dette extérieure de 23,6 milliards de dinars en 2010 (11,8 milliards d'euros au taux de change actuel), soit 37% de son produit intérieur brut.