Les événements en Côte d'Ivoire depuis le premier tour de la présidentielle

Par La rédaction

ABIDJAN (AFP)

  Rappel des événements depuis le premier tour de l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire, le 31 octobre:

--OCTOBRE 2010--

- 31: Les Ivoiriens se rendent aux urnes en masse pour choisir un nouveau président, un scrutin historique après 11 années de crise politico-militaire et six reports depuis 2005.Les trois principaux candidats sont le président sortant Laurent Gbagbo, l'ex-chef de l'Etat Henri Konan Bédié et l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara.

 --NOVEMBRE--

- 3: Le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, ex-parti unique) de Bédié dénonce, avant l'annonce des résultats, une "volonté manifeste de tripatouillage" et exige "le recomptage des bulletins de vote".

 - "Irrégularités mineures" (ONU).

- 6: Ouattara et les autres chefs de l'opposition réclament un recomptage des voix, invoquant de "graves irrégularités".

- Selon les résultats définitifs, Gbagbo a recueilli 38,04% des suffrages et Ouattara 32,07%.

 - 7: Bédié appelle à voter pour Alassane Ouattara.

- 10: Ouattara est investi candidat de l'opposition pour le second tour fixé au 28 novembre.

 - 25: Des heurts entre partisans de Gbagbo et Ouattara font un mort dans l'ouest.

- Débat télévisé sans précédent Gbagbo/Ouattara, qui s'engagent à respecter le résultat du scrutin.

- 26: Fin de la campagne électorale marquée par de fortes tensions.Des meetings mobilisent des dizaines de milliers de partisans des deux candidats à Abidjan.

- 27: Gbagbo décrète un couvre-feu nocturne.

 - Au moins trois morts dans un bastion de Ouattara à Abidjan, lors de heurts entre police et opposants manifestant contre le couvre-feu.

- 28: Le second tour se déroule dans un climat de tension marqué par la mort de trois personnes dans l'ouest et des incidents localisés.

- Les deux camps contestent les conditions du scrutin, s'accusant mutuellement d'avoir empêché les électeurs de leur rival de voter dans certaines régions.

- 29: Le scrutin "s'est tenu globalement dans un climat démocratique" (ONU).

- Le camp Gbagbo veut faire invalider des résultats dans des régions du nord, tenu par l'ex-rébellion depuis 2002.

- 30: Montée de la tension en l'absence de résultats.Le camp Ouattara accuse le président Gbagbo d'être "dans une logique de confiscation du pouvoir".

- Forces loyalistes et ex-rebelles rapatrient chacune vers sa zone les éléments armés envoyés dans l'autre partie du pays pour sécuriser le scrutin.

- Des membres pro-Gbagbo de la commission électorale indépendante (CEI) empêchent l'annonce des résultats, arrachant les feuilles des mains du porte-parole de la CEI et dénonçant un "hold-up électoral".

--DECEMBRE--

- 1er: Le camp Gbagbo réclame l'annulation de votes "frauduleux" dans le nord.

 - Le couvre-feu est prorogé jusqu'au 5 décembre, alors que les appels se multiplient pour que la CEI proclame les résultats.

- 2: Huit morts lors d'une attaque nocturne d'un bureau du parti de Ouattara à Abidjan (témoins).

- La CEI annonce la victoire de Ouattara avec 54,10% des voix selon les résultats provisoires, aussitôt contestés par le Conseil constitutionnel.

- L'armée annonce la fermeture des frontières.

- Ouattara exhorte à la "paix" et promet "un gouvernement d'union" rassemblant les "différentes forces politiques".

- Le Conseil de sécurité de l'ONU menace de "prendre les mesures appropriées" contre les fauteurs de troubles.

- L'Union africaine, l'Union européenne, la France, et l'ONU appellent tour à tour les deux candidats à respecter le verdict des urnes.