Les otages espagnols d'Aqmi transférés à la frontière du Burkina-Faso

Par La rédaction

MADRID (AFP)

Les deux coopérants espagnols relâchés par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) étaient en route lundi matin vers la frontière entre le Mali et le Burkina-Faso, selon les médias espagnols, tandis que le gouvernement se refusait toujours à une confirmation officielle

Le quotidien espagnol El Pais, citant des sources gouvernementales, avait annoncé dimanche que les deux humanitaires espagnols Roque Pascual et Albert Vilalta, enlevés le 29 novembre en Mauritanie et détenus au Mali, avaient été libéré par Aqmi, une information également diffusée par d'autres médias.

Alors qu'une source gouvernementale assurait dimanche qu'il fallait faire preuve de "prudence et de responsabilité" dans cette affaire, le gouvernement espagnol ne confirmait toujours pas lundi matin la libération des otages.

De même, l'ONG catalane Accio Solidaria, dont font partie les otages, était lundi "en attente d'une confirmation officielle", a déclaré son président Francesc Osan à la radio espagnole.

"Nous espérons que dans la matinée cette information se révélera positive", a-t-il ajouté, appelant lui aussi à la "prudence".

Selon El Pais, le gouvernement espagnol aurait prévu d'annoncer leur libération ce lundi en milieu de journée, une fois que les otages seraient en lieu sûr.