Les pro-Moubarak organisent la riposte dans les rues du Caire

2 février 2011 à 11h21 par La rédaction

LE CAIRE (AFP)

Des dizaines d'hommes haranguent les manifestants devant la place Tahrir, des milliers d'autres font l'éloge du président égyptien dans un autre quartier: les pro-Moubarak organisent la riposte devant la contestation sans précédent dans les rues du Caire.

"Oui à Moubarak, oui à la stabilité", scandaient tôt mercredi matin des partisans du président égyptien devant le point d'entrée de la place Tahrir (Libération), bouclée par les blindés de l'armée.

Pro et anti-Moubarak s'invectivent, mais la situation ne dégénère pas.Du moins pas pour l'instant.

"Que voulez-vous de plus?De toute façon Moubarak ne va pas rester.Vous devez partir ou le sang va couler", ont lancé des partisans du président aux passants.

Hosni Moubarak, 82 ans, cible d'une contestation inédite ayant rassemblé environ un million de personnes à travers le pays mardi, s'est engagé à ne pas être candidat à la présidentielle de septembre et à faciliter une transition démocratique dans le plus peuplé des pays arabes.

Mercredi matin, l'armée a appelé les manifestants à rentrer chez eux pour permettre le retour de la sécurité et de la stabilité, dans un communiqué lu à la télévision d'Etat.

"Combien étiez-vous hier, un million, deux millions, cinq millions, dix millions?Mais où sont les 70 millions d'autres Egyptiens, ils sont avec Moubarak", lance à la foule un jeune homme aux cheveux gominés, lunettes de soleil, défiant les manifestants pro-gouvernementaux.

"Ceux qui sont sur la place Tahrir sont des idiots et ne connaissent rien à rien.Moi j'aime Moubarak, le peuple aime Moubarak.Et il a dit qu'il allait quitter le pouvoir dans six mois, c'est raisonnable", dit un jeune homme affirmant s'appeler Charif, sans vouloir dévoiler son vrai nom.

Sur une rue adjacente, des centaines de manifestants pro-régime brandissent des banderoles sur lesquelles on peut lire "Oui au président de la paix et de la stabilité" ou "Ceux qui aiment l'Egypte ne la font pas couler".

"Les gens bien ont quitté la place après le discours de M. Moubarak hier.Ceux qui restent sont des traîtres", affirme Gamal Ibrahim, un journaliste qui participe à ce rassemblement.

Dans le quartier aisé de Mohandissine, des milliers de manifestants pro-Moubarak se sont rassemblés en soutien au président qui s'accroche au pouvoir contre vents et marées.

"Je suis Egyptienne et je suis avec Moubarak.Il a donné au pays 30 ans de paix.Ceux qui sont sur la place Tahrir, ce sont eux les criminels", tempête Tafida Wahib, une femme d'une soixantaine d'années.

Sur de grands boulevards dans le sud de la capitale, des autobus bondés de partisans de Moubarak, agitant des drapeaux égyptiens, se dirigeaient mercredi vers le centre-ville, suggérant une organisation bien huilée derrière ces manifestations pro-régime.

Des militants antigouvernementaux campaient toujours mercredi sur la place Tahrir."Hier soir, entre 30 et 40 personnes sont venues ici dire qu'elles aimaient Moubarak, mais elles ont été évacuées des lieux", raconte Ahmed Abdellatif, un jeune homme qui a passé la nuit sous une tente.

Des manifestants ont dormi dans la mosquée Omar Makram, donnant sur la place, d'autres dans des sacs de couchage, bravant un vent frais."Nous allons rester ici tant que le président ne partira pas", assure Abdallah Aboul-Assad.

"Depuis quatre jours, il n'y a plus de gouvernement, les banques et les commerces sont fermés.Ca ne peut pas durer encore longtemps", estime Emad, un autre manifestant.