Les "voies pacifiques" de sortie de crise "épuisées" en Côte d'Ivoire

29 mars 2011 à 16h36 par La rédaction

ABIDJAN (AFP)

Le président ivoirien reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara et ses alliés ont estimé mardi que les "voies pacifiques" de sortie de crise étaient "épuisées", en pleine offensive de leurs forces contre le régime du président sortant Laurent Gbagbo.

"Toutes les voies pacifiques pour amener Laurent Gabgbo à reconnaître sa défaite (à la présidentielle de novembre) sont épuisées", affirment dans un communiqué M. Ouattara et ses alliés du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), notamment l'ancien président Henri Konan Bédié et l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN).

Les forces pro-Ouattara, pour l'essentiel des combattants FN, mènent depuis lundi une vaste offensive et ont pris une série de villes importantes, notamment Abengourou, à seulement 220 km au nord-est d'Abidjan, coeur du pouvoir de M. Gbagbo.

Toutes les médiations diplomatiques ont échoué à résoudre la crise née de la présidentielle de novembre, qui a fait plus de 460 morts selon l'ONU.

Le camp Ouattara "condamne avec fermeté le rejet par Laurent Gbagbo" des décisions récentes de l'Union africaine, qui visaient à installer M. Ouattara au pouvoir et à trouver une "sortie honorable" pour M. Gbagbo.

Il "invite vivement" le Conseil de sécurité de l'ONU à "agir avec promptitude afin de protéger les populations civiles".

La France a déposé avec le Nigeria une résolution destinée à interdire à Abidjan les armes lourdes, qui ont fait de nombreuses victimes civiles.

Le camp Ouattara a encore exprimé "sa grande indignation face au climat de terreur entretenu par Laurent Gbagbo, à la barbarie et à la cruauté des forces militaires pro-Gbagbo ainsi que des miliciens et des mercenaires à sa solde".