Lesotho: le Sénat rogne les pouvoirs du Premier ministre contesté

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Sénat du Lesotho a accru encore un peu plus mardi la pression sur le Premier ministre Thomas Thabane pour obtenir qu'il démissionne en limitant son pouvoir de dissoudre le Parlement et d'ordonner de nouvelles élections.

Le petit royaume traverse une grave crise politique depuis la mise en cause en début d'année de M. Thabane dans le meurtre de son ex-épouse il y a trois ans.Son propre parti, la Convention de tous les Basotho (ABC), et ceux de la coalition au pouvoir exigent depuis son départ, mais le chef du gouvernement s'accroche à son poste et n'a promis de le quitter que "d'ici à la fin juillet".Le 18 avril, Thomas Thabane a fait descendre l'armée dans les rues du pays pour "restaurer l'ordre" face à ses rivaux.Sur médiation de la puissante Afrique du Sud voisine, la coalition gouvernementale s'est engagée dans la foulée à permettre une retrait "digne" du Premier ministre, sans toutefois en fixer la date.Dans ce climat de tensions persistantes, le Sénat a adopté mardi un amendement constitutionnel qui, entre autres, impose au chef du gouvernement d'obtenir l'accord d'une majorité de parlementaires - sénateurs ou députés - avant de proposer au roi la dissolution du Parlement et l'organisation de nouvelles élections législatives.Il y a quelques semaines, l'Assemblée nationale avait déjà adopté ce texte, qui interdit au Premier ministre d'appeler à de nouvelles élections au cas où les députés voteraient une motion de censure contre lui.Enclavé au milieu de l'Afrique du Sud, le Lesotho a connu depuis son indépendance en 1966 une histoire politique instable rythmée de coups d'Etat militaires.