Libération de deux civils maliens, enlevés après un raid franco-mauritanien

Par La rédaction

BAMAKO (AFP)

Deux civils maliens, enlevés sur le territoire du Mali après un raid franco-mauritanien fin juillet contre une unité d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ont été libérés par l'armée mauritanienne, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

"Nos deux ressortissants enlevés dans la région de Tombouctou (nord-ouest) après le raid franco-mauritanien du 22 juillet ont été libérés par l'armée mauritanienne", a déclaré à l'AFP un responsable du gouvernorat de Tombouctou.

"Oui, c'est vrai.Nos parents enlevés injustement par l'armée mauritanienne, ont été libérés", a de son côté affirmé à l'AFP Mamoud Ould Maouloud, un proche des deux civils.

"Les Mauritaniens ont présenté des excuses à nos parents.Ils leur ont même donné un pécule pour les dédommager", a ajouté la même source, sans préciser le montant du dédommagement.

Les deux civils maliens, Ckeikna Ould Bolla et Rabah Ould Bammoshi, avaient été enlevés par l'armée mauritanienne après un raid franco-mauritanien en territoire malien, avait indiqué à l'AFP un élu local de Tombouctou.

Ce raid, mené le 22 juillet contre une unité d'Aqmi, avait fait sept morts dans les rangs de cette organisation.

La France avait indiqué que l'opération franco-mauritanienne visait à libérer l'otage français Michel Germaneau, détenu depuis avril par Aqmi, qui a annoncé l'exécution de l'otage le 25 juillet pour venger ses membres tués lors du raid.

Le gouvernement mauritanien affirme que cette opération avait pour seul objectif de prévenir une attaque d'Aqmi sur son territoire, qui aurait été prévue pour le 28 juillet.