Liberia : audience boycottée par Taylor et son avocat, procès ajourné

Par La rédaction

LEIDSCHENDAM (Pays-Bas) (AFP)

Le procès de l'ancien président du Liberia Charles Taylor, accusé de crimes de guerre et crimes contre l'humanité en Sierra Leone, a été ajourné à vendredi suite au boycott mercredi par l'accusé et son avocat de l'audience prévue pour la plaidoirie.

"Nous avons décidé hier de ne pas coopérer à ce procès tant que les juges ne seront pas prêts à accepter" un document reprenant les arguments de la défense, a déclaré aux journalistes Courtenay Griffiths, l'avocat de M. Taylor.

En l'absence de l'accusé et de son avocat, la présidente Teresa Doherty a décidé d'ajourner le procès à vendredi, mais M. Griffiths a de son côté assuré que ni lui ni son client ne seraient présents à cette audience.

M. Griffiths avait quitté mardi matin la salle d'audience du Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) à Leidschendam, près de La Haye, refusant d'assister au réquisitoire de l'accusation pour protester contre la décision des juges de ne pas accepter le dépôt du document final de la défense.

 L'avocat avait annoncé qu'il ne prononcerait pas sa plaidoirie tant que l'appel qu'il a interjeté contre la décision des juges n'aurait pas été examiné.

Après une pause à la mi-journée mardi, M. Taylor n'était pas revenu dans le box mais la présidente avait décidé de poursuivre l'audience.

L'ancien président du Liberia, 62 ans, est accusé d'avoir fourni armes et munitions en échange de diamants aux rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) durant la guerre civile en Sierra Leone (1991-2001), qui avait fait 120.000 morts.Le jugement est attendu mi-2011.

Le procès de Charles Taylor, premier chef d'Etat africain poursuivi par la justice internationale, s'était ouvert en janvier 2008 aux Pays-Bas, où il a été délocalisé pour des raisons de sécurité.Le procès se tient depuis 2009 à Leidschendam, dans la banlieue de La Haye.