Liberia: George Weah limoge un responsable de la lutte contre le coronavirus

Par AFP

AFRICA RADIO

Le président libérien George Weah a limogé un haut responsable du secteur de la santé pour des violations présumées des "protocoles sanitaires" dans la lutte contre le nouveau coronavirus, a indiqué vendredi la présidence libérienne dans un communiqué.

Le directeur de l'Institut de Santé publique du Liberia (NPHIL), le Dr Mososka Fallah, a été démis de ses fonctions pour avoir "violé les protocoles sanitaires et administratifs relatifs à la délivrance des résultats des tests de Covid-19", selon ce communiqué.La décision de le limoger survient après des investigations et des recommandations d'un comité spécial mis en place pour enquêter sur des allégations de violations de règles liées aux tests de coronavirus, selon la même source.Les faits reprochés au directeur de l'institution, un organe indépendant relevant du ministère de la Santé, n'ont pas été dévoilé plus en détails par la présidence de ce pays anglophone d'Afrique de l'Ouest, qui promet de publier ultérieurement le rapport du comité spécial.George Weah, ancienne star du foot mondial à la tête du pays depuis deux ans et demi, "reste déterminé pour la mise en oeuvre de ses recommandations".L'Institut de Santé publique est notamment chargé de la gestion des épidémies comme celle du coronavirus, qui a contaminé 1.306 personnes et fait 82 morts au Liberia, selon les derniers chiffres officiels disponibles.Selon une source interne à l'institut ayant requis l'anonymat, M. Fallah a été sanctionné pour avoir refusé de participer aux réunions de l'équipe de lutte contre le Covid-19 parce qu'il n'avait pas été désigné pour la diriger.Il est également soupçonné d'avoir délivré des certificats de voyage "Covid-19" à l'insu des responsables de l'équipe de lutte contre la maladie, selon la même source.Le Liberia, l'un des pays les plus pauvres du monde, a été durement éprouvé par des guerres civiles qui ont fait quelque 250.000 morts entre 1989 et 2003 et par l'épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola en Afrique de l'Ouest (2014-2016), qui avait tué 4.800 personnes dans le pays.