Liberia: référendum en 2020 sur le mandat présidentiel et sur la double nationalité

2 octobre 2019 à 15h45 par AFP

AFRICA RADIO

Les Libériens seront appelés à se prononcer fin 2020 par référendum sur la limitation du nombre de mandats présidentiels et sur la question de la double nationalité, un sujet sensible dans un pays tiraillé entre une élite aux forts liens avec les Etats-Unis et une population "autochtone" défavorisée.

La Chambre des représentants et le Sénat ont approuvé mardi ces changements constitutionnels, qui seront envoyés pour approbation au président George Weah, a annoncé mercredi le Sénat. Le référendum sera organisé un an après la publication au journal officiel de ce texte.Les mandats du président et du vice-président de ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, actuellement de six ans, seront ramenés à cinq ans. "Ils ne pourront se représenter que pour un second mandat".Les députés, élus pour six ans, ne le seront plus que pour cinq ans. Le mandat des sénateurs passera de neuf à sept ans. Ils pourront se représenter de façon illimitée.Les quelque deux millions d'électeurs devront se prononcer sur une modification des règles en matière de nationalité, une question qui continue à diviser la société du Liberia, plus ancienne république d'Afrique noire fondée au XIXe siècle sous l'impulsion des Etats-Unis pour des esclaves noirs affranchis, dont les descendants ont dominé la vie politique pendant 170 ans. Actuellement, les enfants nés d'au moins un parent libérien doivent "prêter allégeance" avant l'âge de 23 ans pour obtenir la citoyenneté. Passé ce délai, ils doivent introduire un demande de naturalisation qui ne peut aboutir, selon la loi, que s'ils sont les descendants d'Africains noirs.Cette limitation empêche les membres de la communauté d'origine libanaise, qui joue un rôle économique important dans le pays depuis des décennies, d'obtenir la nationalité libérienne et, en conséquence, de devenir des propriétaires terriens.La proposition qui sera soumise à référendum prévoit que tout enfant né d'au moins d'un parent libérien sera "automatiquement et de manière inaliénable" un "citoyen naturel" du pays. Sa mise en oeuvre devrait permettre de relancer une économie au point mort en favorisant les investissements.Contrairement à la situation actuelle, qui interdit la double nationalité, ces "citoyens naturels" pourront être détenteurs d'une autre nationalité. Mais ces personnes à la double nationalité n'auront pas le droit de se présenter à des fonctions électives et seront exclus de certaines fonctions, telles que juge à la Cour suprême, ministre ou ambassadeur.De nombreux membres de l'élite américano-libérienne sont également citoyens des Etats-Unis, une double nationalité qu'ils gardent généralement secrète.La population "autochtone" leur reproche d'appauvrir le pays en utilisant l'argent qu'ils gagnent au Liberia pour se construire des propriétés aux Etats-Unis. George Weah, au pouvoir depuis janvier 2018, est seulement le deuxième président libérien à être issu des populations locales.