Liberia: un rapport indépendant confirme que des millions de dollars n'ont pas disparu

Par AFP

AFRICA RADIO

Un rapport indépendant d'une société d'audit américaine publié jeudi conclut que des billets de dollars libériens imprimés à l'étranger pour un montant d'une centaine de millions de dollars américains ont bien été réceptionnés par la Banque centrale du Libéria, après une polémique affirmant que des conteneurs de billets avaient disparus.

L'analyse, réalisée à la demande des autorités libériennes par la société d'audit Kroll sur la base des documents fournis par la banque centrale libérienne (CBL), "confirme que les billets, d'un montant de 15,5 milliards de dollars libériens (89 millions d'euros ou 102 millions de dollars américains) ont bien été enregistrés dans les réserves de la banque centrale", selon un communiqué."Kroll n'a pas trouvé d'information soutenant les allégations qu'un conteneur avait disparu", ajoute le texte.La société américaine exprime toutefois des inquiétudes quant à "la précision générale et l'exhaustivité des documents internes de la CBL".Le rapport "identifie des faiblesses systémiques et procédurales" au sein de la banque centrale, ainsi que des "manquements dans la politique fiscale et monétaire du Liberia, qui existent de longue date et se poursuivent jusqu'à présent".Des informations dans la presse et sur les réseaux sociaux, alimentées par des déclarations imprécises de responsables libériens, avaient fait état en septembre de la disparition pure et simple de conteneurs et de sacs de billets entre le port et l'aéroport et la Banque centrale.La polémique, première crise à laquelle était confronté le président George Weah, au pouvoir depuis janvier 2018, était née de déclarations du ministre de l'Information, Lenn Eugene Nagbe, indiquant que la nouvelle administration n'avait pas été informée de l'arrivée de ces billets par l'ancienne présidente Ellen Johson Sirleaf, à qui George Weah a succédé.George Weah, qui avait fait ouvrir une enquête par une commission spéciale et demandé l'assistance notamment du FBI américain, avait réclamé de la "patience" à ses concitoyens, dont certains avaient manifesté pour réclamer qu'on "rende les conteneurs".Début octobre, la Banque centrale avait déjà assuré qu'aucun conteneur n'avait disparu.