Libye: démantèlement d'un réseau de traite d'êtres humains

Par La rédaction

BENGHAZI (Libye) (AFP) - (AFP)

Les services de sécurité libyens ont annoncé jeudi le démantèlement d'un réseau de traite d'êtres humains à Benghazi (est), en provenance de Somalie et du Bangladesh, impliquant des étrangers et des Libyens.

Selon le responsable de l'enquête Hussein Al-Sahli, cinq membres du réseau ont été arrêtés dans une ferme de la banlieue de Benghazi, où 52 immigrants clandestins étaient séquestrés.

Le réseau faisait venir des immigrants clandestins du Bangladesh via la frontière égyptienne, avant de les retenir en otage et de demander des rançons à leurs proches, a-t-il expliqué.

Le chef de la bande, de nationalité bangladaise, a indiqué qu'il dirigeait le réseau depuis près de trois mois durant lesquels il a fait venir 200 migrants illégaux du Bangladesh.

M. Sahli a ajouté par ailleurs que le propriétaire libyen de la ferme payait lui des pots-de-vins pour obtenir la libération de migrants clandestins somaliens détenus dans des centres de rétention.

Il les exploitait ensuite comme "esclaves".

L'agence officielle libyenne Lana a indiqué en outre que 150 immigrants clandestins de nationalité somalienne avaient été arrêtés entre mercredi et jeudi à Tajoura, dans la banlieue-est de Tripoli.

L'agence, qui cite le chef du conseil militaire de Tajoura, Ahmed Al-Habichi, affirme que les immigrants qui étaient "en bonne santé", ont été remis aux services de sécurité en vue d'une enquête.

Depuis plusieurs années, la Libye est une destination et un pays de transit vers les côtes européennes pour des centaines de milliers de migrants, essentiellement africains.