Libye: l'ONU appelle à la reprise des pourparlers pour un cessez-le-feu

Par AFP

AFRICA RADIO

La mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) a appelé les belligérants dans ce pays à reprendre les discussions entamées en janvier à Genève en vue de parvenir à un cessez-le-feu durable.

Plus d'un an après le début de l'offensive du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est de la Libye, contre la capitale Tripoli, siège du Gouvernement d'union nationale (GNA), les combats font toujours rage au sud de la capitale.

Ce conflit a fait des centaines de morts et plus de 200.000 déplacés dans le pays où, encore vendredi, deux civils ont été tués et deux autres blessés dans la chute de roquettes sur le quartier de Zenata au sud de Tripoli, selon Amin al-Hachmi, porte-parole du ministère de la Santé du GNA.

Les forces pro-GNA ont attribué l'attaque aux hommes de Khalifa Haftar. 

L'appel lancé par l'ONU dans un communiqué publié jeudi soir intervient au lendemain de l'annonce par le maréchal d'une trêve unilatérale qui a été rejetée par le GNA, reconnu par l'ONU.

Le GNA souhaite en effet que toute trêve soit accompagnée par des "garanties et des mécanismes internationaux" pour surveiller son application.

Et il réclame à cette fin la reprise des travaux de la Commission militaire qui était chargée de définir les conditions d'un cessez-le-feu et de surveiller son application, sous la supervision de la Manul.

Les travaux de cette commission -dite 5+5 car constituée de cinq hauts responsables militaires pour chaque camp-- avaient été suspendus après une deuxième réunion en février à Genève.

Dans son communiqué, la mission onusienne a exhorté les deux camps à "reprendre les pourparlers de la Commission militaire (...) par visioconférence, si nécessaire, afin d'aboutir à un cessez-le-feu durable."

Elle a appelé "toutes les parties à s'abstenir de tout acte ou propos provocateur, susceptible de menacer les perspectives d'une trêve."

"Cela comprend aussi les tentatives d'un camp ou de l'autre d'exploiter cette période de répit pour renforcer ses positions", a-t-elle encore souligné.

Le conflit en Libye, dont les combats se déroulent aux portes de Tripoli, a été exacerbé par des ingérences armées étrangères, avec d'un côté les Emirats arabes unis et la Russie soutenant le maréchal Haftar, et de l'autre la Turquie appuyant le GNA.

La Manul a ainsi appelé "les Etats membres qui alimentent directement le conflit en leur fournissant des armes et des mercenaires (...) à user de leur influence pour respecter et faire respecter l'embargo sur les armes" décrété par l'ONU.

Fin janvier à Berlin, les pays impliqués dans le conflit se sont engagés à respecter un embargo sur les armes et à soutenir un cessez-le-feu, mais les deux camps ont continué depuis à être approvisionnés en armes et en mercenaires par leurs alliés, selon l'ONU.

Les combats se poursuivent à Tripoli et dans d'autres régions de l'ouest du pays depuis le début le 4 avril 2019 de l'offensive du maréchal Haftar contre la capitale.

Jeudi, la Manul avait fait état de 64 morts et 67 blessés parmi les civils durant les trois premiers mois de l'année, déplorant une hausse par rapport à la même période en 2019.