Libye: l'Otan veut la chute de Kadhafi, qui parade à Tripoli

15 avril 2011 à 6h51 par La rédaction

TRIPOLI (AFP)

Les dirigeants français Nicolas Sarkozy, américain Barack Obama et britannique David Cameron ont demandé vendredi le départ de Mouammar Kadhafi, mais le leader libyen, dont la chute est désormais l'objectif avoué de l'Otan, s'est encore montré jeudi plein de défi.

MM.Sarkozy, Obama et Cameron ont jugé dans une tribune commune "impossible d'imaginer que la Libye ait un avenir avec Kadhafi".

 "Il ne s'agit pas d'évincer Kadhafi par la force.Mais il est impossible d'imaginer que la Libye ait un avenir avec Kadhafi (...) il est impensable que quelqu'un qui a voulu massacrer son peuple joue un rôle dans le futur gouvernement libyen", écrivent les présidents français et américain et le Premier ministre britannique dans quatre quotidiens.

 Pour accélérer son départ, ils estiment que "l'Otan et les partenaires de la coalition doivent maintenir leurs opérations afin que la protection des civils soit maintenue et que la pression sur le régime s'accroisse".

Jeudi, l'Otan, réunie à Berlin, a également "endossé fermement" l'appel au colonel Kadhafi à se retirer, lancé par le Groupe de contact chargé du pilotage politique de l'intervention internationale.

Pendant ce temps, Mouammar Kadhafi paradait dans les rues de Tripoli.Lunettes noires et chapeau, dans une voiture tout-terrain au toit ouvrant, il a salué jeudi soir les passants en levant les poings, selon les images diffusées par la télévision libyenne.Des dizaines de personnes se sont approchées de son véhicule pour l'acclamer.

 La télévision a affirmé que cette sortie avait été effectuée "sous les raids des agresseurs colonialistes croisés".

Selon des journalistes de l'AFP, des avions ont survolé jeudi Tripoli, où de fortes explosions ont été entendues, suivies de tirs de défense anti-aérienne.

 La télévision libyenne, citant une source militaire, a affirmé que "des sites militaires et civils à Tripoli, Aziziyeh et Kikla (avaient) été visés il y a peu par des raids des agresseurs colonialistes croisés".

Interrogée par l'AFP, l'Otan a dans un premier temps affirmé qu'il n'y avait eu aucun appareil envoyé par l'Alliance au-dessus de la ville dans l'après-midi, avant de dire dans la soirée que ses avions avaient peut-être frappé deux cibles près de Tripoli, voire même dans la ville.

De son côté, Aisha Kadhafi, fille du dirigeant libyen, a affirmé jeudi soir devant des centaines de jeunes partisans du régime que demander le départ de son père était une "insulte pour tous les Libyens".

"Vous voulez tuer mon père sous prétexte de protéger les civils.Où sont ces civils?S'agit-il de ceux qui portent des mitraillettes, des RPG et des grenades?", a-t-elle lancé en allusion aux insurgés.

Le numéro deux d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a de son côté appelé les musulmans à se lever à la fois contre le régime libyen et contre les forces de l'Otan en Libye, dans une vidéo manifestement enregistrée avant l'intervention de la coalition.

 Malgré leur volonté de voir le colonel Kadhafi quitter le pouvoir, les Etats-Unis, qui ont retiré une cinquantaine de chasseurs-bombardiers des missions d'attaque au sol le 4 avril, ont refusé de revenir en première ligne.

"Ils continueront sur la même ligne, c'est-à-dire fournir des avions pour des interventions ponctuelles", a expliqué le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé, après s'être entretenu avec la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, en marge de la réunion des chefs de la diplomatie de l'Otan à Berlin.

Avant la réunion de Berlin, Paris et Londres avaient claironné leur intention de presser les alliés d'"intensifier" les raids aériens en fournissant plus d'avions.Mais aucun pays européen n'a répondu à cette demande.

"Nous allons faire tout ce qu'il faut pour protéger les civils, et pas seulement en parole mais aussi en actions", a néanmoins affirmé le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen, en soulignant que l'Alliance avait déjà effectué 2.000 missions depuis qu'elle avait pris en main les opérations le 31 mars.

 Les chefs de la diplomatie ont adopté à Berlin une déclaration en trois points, qui devront être satisfaits avant qu'il puisse être question d'un cessez-le-feu.

Toutes les attaques contre les civils doivent cesser.Les militaires doivent retourner dans leurs casernes et se retirer de toutes les villes où ils sont déployés ou qu'ils assiègent, telles Ajdabiya, Brega et Misrata.Enfin, une aide humanitaire doit pouvoir être fournie en toute sécurité à tous ceux qui en auraient besoin.

Un bateau affrété par l'Organisation internationale des migrations (OIM) a accosté jeudi à Misrata (est de Tripoli), ville assiégée depuis un mois et demi par les forces loyales au colonel Kadhafi, afin d'évacuer 800 personnes et apporter 400 tonnes d'aides humanitaires et de médicaments, selon un photographe de l'AFP.

La rébellion et les forces pro-Kadhafi se sont encore affrontés jeudi dans cette ville, faisant au moins treize morts et 50 blessés, tandis que dans l'Est, à Ajdabiya, un violent échange de tirs a eu lieu entre insurgés et pro-Kadhafi, selon des journalistes de l'AFP.