Libye: la ville d'Ajdabiya, nouvel objectif des pro-Kadhafi, cible de bombardements

14 mars 2011 à 12h16 par La rédaction

AJDABIYA (Libye) (AFP)

Ajdabiya, nouvel objectif des forces pro-Kadhafi dans leur reconquête de l'Est du pays, a été la cible de bombardements lundi matin, ont indiqué à l'AFP des insurgés qui ont de nouveau réclamé de l'Occident des "frappes ciblées".

Les bombardements ont fait cinq blessés, dont quatre avaient déjà quitté l'hôpital en début d'après-midi, a indiqué le Dr Wanis Obeidi, un médecin de l'hôpital d'Ajdabiya.

Quatre obus sont tombés à proximité d'un rond-point à la sortie ouest de la ville, ont indiqué à l'AFP des insurgés qui tenaient toujours lundi matin la ville située à 160 km au sud du fief des rebelles, Benghazi.

Les journalistes de l'AFP ont pu voir deux cratères de quatre mètres de diamètres espacés d'environ cinq mètres.

Selon Jamal Mansour, un ancien colonel de l'aviation libyenne ayant rejoint la rébellion, les bombardements de lundi matin ont été menés par des Sukhoï 24, des bombardiers de fabrication russe.

Il a précisé que les forces-pro Kadhafi avaient "aussi bombardé des baraquements militaires" sans pouvoir dire s'il y avait des victimes.

"Les forces de Kadhafi pratiquent la politique de la terre brûlée mais nos forces ont repris pied dans Brega hier (dimanche) soir", a-t-il indiqué à des journalistes de l'AFP reçus dans son bureau du QG des rebelles à Ajdabiya.

Tout autour du bâtiment, une école du centre ville, sont déployés des pick-up équipés de batteries anti-missiles pointées vers le ciel.

"Les rebelles sont toujours à Brega mais subissent des bombardements intensifs d'artillerie et de la marine", a affirmé Jamal Mansour, redoutant qu'Ajdabiya devienne "une seconde Zawiyah".

 Zawiyah (40 km à l'ouest de Tripoli) a été reconquise le 9 mars par les forces loyales à Mouammar Kadhafi après plus de deux semaines de résistance acharnée des rebelles.

"S'ils continuent d'utiliser ces méthodes nous allons passer à la guérilla urbaine", a-t-il ajouté.

A Ajdabiya, "ils ont des espions avec des technologies que nous n'avons pas, ils peuvent acheter des informateurs grâce à leur argent, nous de notre côté nous sommes logistiquement très limités", a-t-il affirmé.

"Nous demandons aux Occidentaux de mener des frappes ciblées sur les installations militaires pour soulager l'étau", a-t-il ajouté en lançant un appel à la France.

"Le président (Nicolas) Sarkozy peut demander de façon unilatérale de bombarder, les autres pays occidentaux suivront et la population libyenne vous en sera reconnaissante", a-t-il estimé.

Selon le Dr Obeidi, dimanche "les malades de l'hôpital ont été évacués vers Benghazi par crainte de bombardements".

Un enfant de 4 ans qui avait été blessé à la tête à Ras Lanouf, est décédé lors de son transfert d'Ajdabiya vers Benghazi dimanche, a-t-il ajouté, précisant que deux médecins de son hôpital étaient portés disparus, l'un à Ben Jawad et l'autre à Ras Lanouf, deux localités reprises par les forces pro-Khadafi repectivement les 6 et 10 mars.

 Sur la route entre Ajdabiya et Benghazi, de nombreux civils fuyaient la ville lundi matin à bord de camionnettes chargées de valises, de sacs et de matelas.

Une tempête de sable soufflait sur la région dans la matinée.

La ville clé d'Ajdabiya se préparait lundi à subir un assaut des forces de Mouammar Kadhafi qui avancent sur la "capitale" des rebelles Benghazi.