Libye: les rebelles gagnent un peu de terrain dans l'Est, l'Otan enquête

3 avril 2011 à 8h07 par La rédaction

PRES DE BREGA (Libye) (AFP)

L'insurrection semblait reprendre du terrain dimanche sur les forces de Mouammar Kadhafi après trois jours de violents combats dans l'est du pays, où l'Otan enquêtait sur la mort de 13 personnes, victimes selon les rebelles d'une première bavure.

Les combats ont repris dimanche matin autour du site pétrolier de Brega (est), où les rebelles se sont emparés de l'Université du pétrole, un énorme campus à l'entrée est de cette ville située à 800 km de Tripoli et à 240 km au sud de Benghazi, bastion de l'opposition, selon un journaliste de l'AFP.

Les rebelles affirmaient avoir repris la ville et repoussé les forces gouvernementales, mais l'on pouvait entendre des bruits d'échanges de tirs d'artillerie.Les forces pro-Kadhafi semblaient cependant avoir reculé vers l'ouest par rapport à la veille.

La région de Brega est le théâtre de violents combats depuis plusieurs jours entre pro-Kadhafi et insurgés.Après avoir rapidement progressé vers l'ouest il y a une semaine puis reculé sous la pression des loyalistes, les rebelles semblaient reprendre l'avantage depuis vendredi soir, avec l'aide de frappes de la coalition internationale.

Pour la première fois depuis le début de l'intervention internationale le 19 mars, neuf rebelles et quatre civils, dont trois étudiants en médecine venus aider à soigner les blessés, ont été tués vendredi soir par une frappe de l'Otan à une quinzaine de kilomètres à l'est de Brega.

L'Alliance atlantique, qui a pris jeudi le commandement des opérations militaires en soutien de la rébellion, a annoncé samedi qu'elle "examinait" les informations sur cette possible bavure.

"Il y a eu 13 tués et sept blessés par des tirs amis.C'est un événement regrettable", a déclaré samedi soir à la presse Abdelhafez Ghoga, un porte-parole de la rébellion à Benghazi.

Selon un responsable politique d'Ajdabiya, à 80 km à l'est de Brega, un avion de la coalition a ouvert le feu sur un convoi de cinq ou six véhicules, dont une ambulance.Le pilote a sans doute pensé avoir été visé par les tirs de joie d'un rebelle à bord du convoi.

A Bruxelles, un responsable de l'Otan a expliqué à l'AFP que l'Alliance devait vérifier en particulier "s'il y avait des avions de l'Otan à cet endroit à ce moment-là".

La frappe est survenue sur la route entre Brega et Ajdabiya, peu avant ou après une autre attaque aérienne contre un convoi des forces gouvernementales qui a tué sept soldats et détruit une dizaine de véhicules sur la même route.

A 600 km à l'ouest de Brega, un autre front continuait de faire rage à Misrata, troisième ville du pays, tenue par les rebelles mais assiégée depuis plusieurs semaines et attaquée par les forces gouvernementales à coups d'artillerie lourde, selon un porte-parole rebelle.

Samedi, les pro-Kadhafi ont tiré à l'artillerie lourde et avec des chars, et ont essayé d'entrer par trois points différents, a affirmé à l'AFP un porte-parole des rebelles de la ville, précisant qu'aucune frappe de l'Otan n'avait eu lieu samedi, même si des avions avaient survolé la ville.

 Selon les rebelles, plus de 200 personnes, essentiellement des civils, sont mortes dans les combats dans cette ville.

Au sud-ouest de Tripoli, des habitants de Ketla ont aussi annoncé que la ville avait été visée vendredi et samedi par des dizaines de roquettes Grad des forces loyales au colonel Kadhafi, qui ont fait plus d'une trentaine de morts.