Libye: les rebelles se préparent à prendre Brega, Kadhafi déterminé à rester

Par La rédaction

AJDABIYA (Libye) (AFP) - (AFP)

Les insurgés libyens, galvanisés par la reconnaissance internationale de leur représentation politique, tentaient samedi d'avancer sur le front Est en direction du port pétrolier de Brega, après y avoir réussi une incursion vendredi soir.

Dans la soirée, le colonel Mouammar Kadhafi a cependant répété qu'il ne quitterait "jamais" la Libye.

Les rebelles ont affirmé que leur progression était régulière, mais ralentie samedi par la découverte de tranchées défensives creusées autour de la localité et remplies de produits inflammables.

"Nous avançons et nous sommes très près de Brega", a déclaré Moustafa El-Sagezli, membre du conseil militaire de la rébellion, ajoutant que les forces fidèles au colonel Kadhafi s'étaient retranchées dans la ville, désormais tenue par 3.000 loyalistes.

Vendredi soir, une unité de reconnaissance de la rébellion forte de 50 hommes est entrée dans Brega par le nord avant de se replier peu avant minuit (22H00 GMT) et les insurgés chargés d'attaquer par le sud et par l'est progressent "lentement, mais sûrement", a-t-il dit.

Les rebelles ont aussi un soutien appuyé des avions de l'Otan, qui ont annoncé samedi avoir détruit la veille 14 cibles militaires près de cette cité (chars, autres véhicules militaires, etc.).

Samedi matin, les insurgés arrivant par le nord se trouvaient à 4 km de Brega, tandis que ceux de l'est étaient encore à 10 ou 20 km de la ville.

Des mines et une série de tranchées dissimulées les ont en effet forcés à ralentir pour limiter les pertes humaines.La bataille, engagée jeudi soir sur les trois axes après des mois d'enlisement sur le front Est, a déjà fait au moins 10 morts et 172 blessés.

Les rebelles n'étaient pas en mesure de préciser la nature des produits chimiques déversés dans les tranchées, mais le choix est vaste à Brega, un important site pétrochimique.Cette tactique faisait cependant craindre aux insurgés que les loyalistes ne sabotent ces installations essentielles.

A l'hôpital d'Ajdabiya, carrefour routier à 80 km à l'est de Brega, la plupart des blessés étaient victimes d'explosions de mines, contrairement aux combats précédents où l'artillerie lourde provoquait les plus lourdes pertes, selon des sources médicales.

Selon le commandant El-Sagezli, plus de 250 mines ont déjà été découvertes dans la zone.

Reprendre l'important port pétrolier de Brega à la pointe sud-est du Golfe de Syrte actuellement aux mains des forces du colonel Mouammar Kadhafi améliorerait nettement la situation financière des rebelles, en plus de les fournir en hydrocarbures.

En effet, les membres du groupe de contact sur la Libye réunis vendredi à Istanbul ont pleinement reconnu la rébellion, qualifiant son Conseil national de transition (CNT) d'"autorité gouvernementale légitime", afin de lui apporter l'aide financière qu'elle réclame, y compris à travers des mécanismes l'autorisant à exporter du pétrole.

"Le peuple libyen est prêt à mourir pour défendre son pétrole et il ne laissera jamais cette richesse aux mains d'une bande de traîtres inféodée à l'Otan", a à cet égard prévenu samedi le colonel Kadhafi.

Poursuivant par haut-parleurs interposés sa "tournée" des villes dans le viseur des offensives rebelles, il a ironisé sur la multiplication des appels en faveur de son départ.

 "Ils me demandent de quitter (la Libye), c'est rigolo.Je ne quitterai pas la terre des mes ancêtres, ni le peuple qui s'est sacrifié pour moi (...).Je suis prêt à me sacrifier", a-t-il assuré dans un discours retransmis devant des milliers de ses partisans à Zawiya, à 50 km à l'ouest de Tripoli.

Vendredi, dans une allocution diffusée à Zliten, à 150 km à l'est de la capitale, il avait balayé la reconnaissance officielle du CNT : "Reconnaissez un million de fois le soi-disant CNT, cela n'a aucune portée pour le peuple libyen".

A l'ouest, la situation était relativement calme samedi, après les brusques avancées de ces derniers jours, ont dit des responsables militaires à Goualich, dans les montagnes, à une centaine de kilomètres au sud de Tripoli.

 "Il n'y a pas eu de bataille (près de Goualich), c'est calme : les forces de Kadhafi opèrent quelques mouvements, mais elles sont suffisamment loin de nous pour que ça ne pose pas de problèmes", a déclaré le commandant d'un poste de contrôle, Chaban Aaboz.

Et la tendance n'était pas à l'offensive dans l'immédiat.Des rebelles sont toujours à une dizaine de kilomètres d'Al-Assabaa et discutent avec des gens de cette ville à 17 km au nord de Goualich "pour voir comment les civils peuvent quitter la ville avant que nous ne lancions l'assaut", a expliqué un autre commandant rebelle, Mokhtar Lakhdar.

Sur le front dans la vallée, à Bir Ayad, "il y a eu de petits combats, les forces de Kadhafi ont continué comme tous les jours à bombarder nos positions avec des roquettes.Aujourd'hui, il y en a eu un peu plus que les jours précédents.Mais les rebelles tiennent toujours leurs positions", a déclaré le général Mokhtar Farnana.