Libye: libération d'un responsable gouvernemental enlevé début août

17 août 2021 à 17h56 par AFP

AFRICA RADIO

Un responsable gouvernemental libyen a été libéré lundi soir, environ deux semaines après son enlèvement à Tripoli par des hommes armés non identifiés, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Rida Faraj Fraitis, chef de cabinet d'un des deux vice-Premiers ministres de Libye, et un de ses collègues avaient été victimes d'un rapt le 2 août en plein jour dans la capitale, selon la mission de l'ONU en Libye (Manul).Des images diffusées mardi par la page Facebook du gouvernement montrent M. Fraitis accueilli par plusieurs responsables locaux dans sa ville de Benghazi (est).Le gouvernement n'a donné aucune indication sur l'identité des ravisseurs, ni sur le sort du collègue de M. Fraitis. Joint par l'AFP, un responsable au ministère de l'Intérieur a déclaré que Rida Faraj Fraitis avait été libéré lundi soir et qu'il n'avait "subi aucune violence" durant son enlèvement. La mission de l'ONU en Libye s'était précédemment dite "préoccupée" par le fait "que des individus ayant assumé des rôles d'appui à la transition démocratique en Libye et aux institutions de l'État soient ciblés de cette manière", en s'inquiétant des conséquences de tels actes sur le processus de réconciliation en cours. La Libye tente de s'extraire d'une décennie de violences sanglantes depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, un chaos marqué ces dernières années par l'existence de pouvoirs rivaux dans l'Est et l'Ouest.Après la fin des combats à l'été 2020, un gouvernement unifié et transitoire a été formé en début d'année sous l'égide de l'ONU, pour mener le pays à des élections législatives et présidentielle prévues en décembre. Malgré les progrès enregistrés sur le plan politique, la situation sécuritaire reste néanmoins précaire dans le riche pays pétrolier miné par le poids des milices et la présence de mercenaires étrangers. En juin, un représentant du Croissant-Rouge en Libye avait été enlevé par des inconnus dans l'est du pays, région contrôlée de facto par le maréchal Khalifa Haftar, où les enlèvements et les assassinats sont fréquents.