Libye: quatrième réunion du groupe de contact à Istanbul

Par La rédaction

ISTANBUL (Turquie) (AFP) - (AFP)

Le groupe de contact sur la Libye tient ce vendredi à Istanbul, en présence notamment de la chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton, sa quatrième réunion pour discuter d'une solution politique au conflit et coordonner l'aide à la rébellion.

Outre Mme Clinton, une quinzaine de ministres des Affaires étrangères sont attendus à cette réunion d'une journée, dont Alain Juppé pour la France, Franco Frattini pour l'Italie et William Hague pour le Royaume Uni.

La session plénière doit s'ouvrir à 08H30 GMT, dans un palais sur le Bosphore, et une conférence de presse est prévue 14H45 GMT.

La France, fer de lance de l'opération militaire internationale en Libye qui se poursuit depuis quatre mois, a assuré mardi qu'une solution politique commençait à prendre forme, grâce à des contacts diplomatiques soutenus devant permettre le départ de Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis près de 42 ans.

La question sera discutée à Istanbul, a affirmé un diplomate turc, alors que des signaux ont été émis pour la première fois par Tripoli concernant une éventuelle mise à l'écart du colonel Kadhafi.

La coordination de l'aide internationale au rebelles sera également au coeur des discussions, auxquelles participera le numéro deux de la rébellion libyenne, Mahmoud Jibril, également "ministre" des Affaires étrangères.

La Chine et la Russie ont été invitées à Istanbul en tant que membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, mais Moscou, hostile à la campagne militaire de l'Otan contre le régime libyen, a décliné l'invitation.

La réunion d'Istanbul intervient alors que la rébellion libyenne a consolidé jeudi ses positions près d'Al-Assabaa, ville stratégique à 80 km au sud de Tripoli où les forces loyalistes s'étaient retranchées la veille.

Les rebelles ont aussi annoncé qu'ils se préparent à attaquer Brega, cité pétrolière aux mains des forces gouvernementales, dans l'est.

Le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen, qui est attendu à Istanbul, a pour sa part rejeté des accusations du régime libyen selon lesquelles plus de 1.100 civils ont été tués en Libye, lors des raids de l'Otan.