Libye: répression meurtrière, défections de dirigeants

21 février 2011 à 20h54 par La rédaction

TRIPOLI (AFP)

Une répression meurtrière était en cours lundi en Libye, au lendemain d'une sévère mise en garde lancée par le fils du leader Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam, évoquant un risque de bain de sang, alors que des dirigeants libyens ont fait défection. 

Une opération a été menée lundi par les forces de sécurité contre les "saboteurs et (ceux qui sèment) la terreur", faisant plusieurs morts, a indiqué la télévision d'Etat, sans préciser le lieu.

Selon des habitants des quartiers de Fachloum et Tajoura, dans la banlieue Est de Tripoli, des affrontements meurtriers ont eu lieu lundi.

"Des hommes armés tirent sans distinction.Il y a même des femmes qui sont mortes", a indiqué à l'AFP un habitant de Tajoura, joint par téléphone, qualifiant les évènements de "massacre".

Un autre témoin à Fachloum a indiqué que des hélicoptères ont déposé des mercenaires africains armés, qui ont tiré sur tous les passants.Il a fait état d'un grand nombre de morts.

La Libye est secouée depuis le 15 février par un mouvement de contestation du régime de Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 42 ans.

Lundi matin, l'organisation Human Rights Watch avait évoqué un bilan de 233 morts depuis le début de la contestation, mais ce chiffre devrait être désormais beaucoup plus important.La Fédération internationale des Ligues de droits de l'Homme (FIDH) a avancé de son côté un bilan de "300 à 400 morts".

Un très influent théologien musulman, cheikh Youssef Al-Qardaoui a émis lundi une fatwa, appelant sur la chaîne Al-Jazira l'armée libyenne à assassiner Mouammar Kadhafi, pour "en débarrasser la Libye".

Ce théologien qatari d'origine égyptienne a également demandé à l'armée "de ne pas obéir à celui qui lui ordonne de frapper son propre peuple" et a appelé les ambassadeurs à se dissocier du régime.

Plusieurs dirigeants libyens ont fait défection.Le ministre de la Justice Moustapha Abdel Jalil a démissionné "pour protester contre l'usage excessif de la force" contre les manifestants.

C'est également le cas de plusieurs diplomates libyens en poste à l'étranger, comme l'ambassadeur en Inde, mais aussi des pilotes de deux Mirage F1, qui ont atterri à Malte en affirmant avoir fait défection après avoir reçu l'ordre de tirer sur les manifestants à Benghazi, deuxième ville du pays et centre de la révolte depuis le 15 février.

Le mouvement s'est étendu dimanche à Tripoli, où divers lieux du pouvoir, dont des postes de police, la "salle du peuple" accueillant des réunions officielles ou le ministère de l'Intérieur ont été incendiés.

Les communications téléphoniques ainsi que l'accès à internet étaient toujours très perturbés lundi.

Le fils du leader libyen Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam, a annoncé lundi soir la création d'une commission d'enquête sur les violences, présidée par un juge libyen, a rapporté la télévision d'Etat.

Cette commission, composée d'"organisations libyennes et étrangères de droits de l'Homme" sera chargée d'"enquêter sur les circonstances et les événements qui ont provoqué plusieurs victimes", a-t-elle ajouté.

Dans la nuit de dimanche à lundi, Seif Al-Islam Kadhafi avait brandi la menace d'un bain de sang.

Les "forces qui tentent de détruire la Libye et de la démembrer sont armées et le résultat sera une guerre civile.Personne ne se soumettra à l'autre et nous nous battrons", a-t-il prévenu, tout en promettant des réformes.

Le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a déclaré lundi à M. Kadhafi, lors d'une conversation téléphonique, que les violences devaient "cesser immédiatement".

Les 27 pays de l'Union européenne ont pour leur part "condamné" dans une déclaration commune la répression des manifestations et demandé que soit mis fin "immédiatement" à la violence, tout comme le secrétaire général de l'Otan.

Depuis le début du mouvement, le colonel Kadhafi n'a fait aucune intervention publique.Le chef de la diplomatie britannique, William Hague, a indiqué dans l'après-midi avoir "vu des informations qui suggèrent qu'il est en route" pour le Venezuela, mais ce pays a démenti, affirmant tout comme le régime que le Guide se trouvait en Libye.

Seif Al-Islam a affirmé que la Libye était la cible d'un complot étranger, et que des éléments libyens et étrangers, notamment tunisiens et égyptiens, tentaient de détruire l'unité du pays pour instaurer une république islamiste.

Il a reconnu que plusieurs villes, dont Benghazi et Al-Baïda dans l'est, étaient la proie de violents combats et que les émeutiers s'étaient emparés d'armes militaires.Selon lui, des chars étaient aux mains de civils à Benghazi.

D'après la FIDH, plusieurs villes, dont Benghazi, sont tombées aux mains des manifestants à la suite de défections dans l'armée.

L'Egypte a indiqué que deux de ses ressortissants avaient été tués en Libye et que 4.000 Egyptiens avaient fui ce pays.

L'espace aérien au-dessus de Tripoli est fermé jusqu'à nouvel ordre, selon l'armée autrichienne, qui comptait évacuer des ressortissants vers Malte à bord d'un avion militaire.

De nombreux pays organisaient l'évacuation de leurs citoyens, dont l'Italie, le premier partenaire commercial de la Libye.

Des entreprises, comme les groupes pétroliers Total, BP, ENI et Statoil, ont aussi pris des mesures en ce sens.

Sur les marchés, l'instabilité dans ce pays pétrolier ont fait grimper les cours.A Londres, le baril est passé au-dessus de 105 dollars, pour la première fois depuis fin septembre 2008.

L'agence de notation Fitch a annoncé avoir abaissé la note souveraine de la Libye d'un cran, de BBB+ à BBB.