Libye: un journaliste critique des jihadistes assassiné à Benghazi

26 mai 2014 à 11h57 par La rédaction


Benghazi (Libye) (AFP)

Un journaliste libyen critique des jihadistes a été assassiné lundi à Benghazi, fief des groupes armés radicaux dans l'est de la Libye, a-t-on appris de source hospitalière.

Meftah Bouzid, rédacteur en chef de Burniq, un journal bihebdomadaire, a été tué par balles dans le centre ville.

Journaliste et analyste, Meftah Bouzid était réputé pour ses critiques des groupes islamistes extrémistes sur des chaînes de télévision libyennes.Selon un des ses proches, ces critiques lui avaient valu des menaces répétées.

Depuis la révolution qui a renversé le régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la région orientale de la Libye, et en particulier sa plus grande ville Benghazi, est le théâtre d'une série d'attaques et d'assassinats visant des militaires, des policiers et des juges.

Ces attaques ne sont pas revendiquées mais elles sont régulièrement attribuées à des islamistes radicaux.

Meftah Bouzid et son journal se sont ouvertement déclarés en faveur de la campagne lancée le 16 mai à Benghazi contre les groupes islamistes par le général dissident libyen Khalifa Haftar, et qui a fait au moins 79 morts.

En août 2013, un autre journaliste, Azzedine Kousssad, présentateur à la télévision Libye al-Hurra, avait également été tué par balles.

L'organisation Reporters sans frontières (RSF) a exprimé la semaine dernière dans un communiqué sa "profonde inquiétude quand au sort des professionnels des médias qui continuent d'être la cible de graves agressions armées" en Libye, alors que le pays bascule dans l'anarchie et les violences.

RSF a appelé "l'ensemble des parties civiles, militaires et politiques en Libye" à cesser toutes attaques à l'encontre des populations civiles et plus particulièrement des professionnels des médias, rappelant leur rôle "fondamental" au sein de la nouvelle Libye et dans "la construction d'un Etat viable et démocratique".