Libye: un père et son fils tués dans un attentat suicide contre l'armée

Par La rédaction

Benghazi (Libye) (AFP)

Un père et son fils ont été tués vendredi dans un attentat suicide à Benghazi contre une position de l'armée qui tente de reconquérir cette ville de l'est libyen contrôlée par les milices islamistes, selon un porte-parole militaire.

L'attentat a fait une vingtaine de blessés notamment parmi les soldats, a ajouté le porte-parole des forces spéciales de l'armée Miloud al-Zwei.

Selon le colonel al-Zwei, le kamikaze a tenté de faire exploser sa voiture contre une position de l'armée dans le quartier d'al-Lithi, au centre de Benghazi, fief de groupes radicaux et théâtre de violents combats depuis plusieurs jours.

L'armée a attaqué le kamikaze avant qu'il n'atteigne sa cible, le contraignant à faire exploser son véhicule plus tôt que prévu, a-t-il ajouté.

Benghazi est l'une des zones les plus instables de la Libye, un pays plongé dans le chaos, dirigé par deux gouvernements et parlements rivaux, et livré aux milices depuis le renversement de Mouammar Kadhafi au terme de huit mois de soulèvement en 2011.

A la mi-octobre, le général controversé Khalifa Haftar a lancé une opération militaire à Benghazi pour tenter de reprendre le contrôle de la ville, tombée cet été aux mains des milices islamistes.

Appuyé par l'armée et par le gouvernement et le Parlement reconnus par la communauté internationale, il a réussi à reprendre plusieurs quartiers et des bases de l'armée. 

Jeudi, les forces loyales à Khalifa Haftar ont pris le contrôle du port de Benghazi, un des derniers bastions des groupes islamistes dans la ville, a rapporté un commandant de l'armée. 

Selon cette source, les groupes "terroristes" recevaient des munitions et des armes via ce port."Ils (les islamistes) sont maintenant assiégés dans la région de Soug al-Hout (marché du poisson)", a-t-il ajouté.

Une milice islamiste, "katibat Rafallah al-Sahati", a démenti sur sa page Facebook toute avancée de l'armée.