Londres déploie 300 hommes au Mali dans la Minusma

3 décembre 2020 à 14h50 par AFP

AFRICA RADIO

Londres a déployé cette semaine au Mali 300 hommes dans le cadre de la mission de maintien de la paix de l'Onu (Minusma), a annoncé jeudi le ministère britannique de la défense.

La mission britannique, basée à Gao, sera composée de 250 soldats et d'une équipe de soutien de 50 personnes. Dotée de matériel de reconnaissance, elle aura pour tâche de "mener des patrouilles pour récolter des renseignements et de dialoguer avec la population locale pour aider l'ONU à répondre aux menaces posées par les violences extrémistes et une gouvernance faible", a précisé le ministère dans un communiqué.Parallèlement, le Royaume-Uni restera engagé, avec trois hélicoptères Chinook et une centaine d'hommes, dans le soutien à l'opération française Barkhane, dans le cadre d'un accord entre gouvernements courant jusqu'à juin 2021.Le gros des forces britanniques est arrivé mercredi au Mali et le reste suivra d'ici au 8 décembre. Ils rejoignent les quelque 14.000 Casques Bleus de la Minusma provenant de 56 pays.Le ministre de la Défense Ben Wallace a souligné que cet engagement reflétait "l'importance accordée à l'amélioration de la sécurité au Sahel en protégeant les communautés".Cette mission de maintien de la paix est complètement séparée de l'opération française Barkhane, qui chasse les groupes jihadistes actifs dans le nord du Mali. Mais les deux forces opèreront dans la même région, a souligné le ministère britannique. Et elles peuvent être amenées sur le terrain à partager leurs moyens.La Minusma s'est déployée en juillet 2013 au Mali, après la prise de contrôle du nord de ce vaste pays sahélien en 2012 par des groupes jihadistes. Ils ont été en grande partie dispersés par une intervention militaire lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, qui se poursuit avec Barkhane. Mais des zones entières échappent toujours au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU.La Minusma est l'une des missions les plus importantes de l'ONU, et actuellement des plus meurtrières, avec plus de 220 morts depuis son déploiement dont plus de 130 dans des actes hostiles. Son mandat a été renouvelé pour un an fin juin par le Conseil de sécurité de l'ONU.Outre les attaques jihadistes, le Mali est en proie à des heurts intercommunautaires et une instabilité politique marquée par un coup d'Etat en août dernier.