Madagascar: l'ex-président Didier Ratsiraka de retour jeudi après 9 ans d'exil

23 novembre 2011 à 10h59 par La rédaction

PARIS (AFP) - (AFP)

L'ex-président malgache Didier Ratsiraka a indiqué mercredi qu'il serait, après plus de neuf ans d'exil en France, de retour jeudi à Madagascar où vient d'être formé un gouvernement d'union nationale.

"Je confirme", a-t-il déclaré à l'AFP qui lui demandait s'il prenait bien un vol ce mercredi soir de Paris devant arriver jeudi à Madagascar.

L'ex-président s'est refusé à toute autre déclaration sur ses intentions une fois rentré dans son pays."Je ne peux pas donner d'interview à partir du sol français.Devoir et obligation de réserve obligent.Je parlerai devant mon avocat et mes témoins qui sont le peuple malgache", a-t-il précisé.

M. Ratsiraka, 75 ans, a été président de Madagascar de 1975 à 1991, puis de 1996 à 2002.Il vit en France depuis juillet 2002 et a pris part aux négociations de sortie de crise depuis 2009.

Il a refusé cependant de signer la Feuille de route de sortie de crise proposée par la SADC (Communauté de développement d'Afrique australe) et acceptée par l'ensemble des groupes politiques en septembre dernier.

Interrogé mardi sur le retour de Didier Ratsiraka, le ministère français des Affaires étrangères avait indiqué qu'il revenait à ce dernier comme à tous les autres acteurs politiques "de prendre la responsabilité du moment dans lequel se trouve Madagascar et d'en tirer les conséquences appropriées pour permettre au pays de repartir".

La France a apporté son soutien au nouveau gouvernement d'union nationale présenté lundi à Antananarivo, en dépit du boycottage observé lors de cette présentation par cinq ministres de l'opposition, deux du camp d'Albert Zafy et trois du camp de Marc Ravalomanana, deux ex-présidents.L'opposition n'a pas obtenu tous les postes qu'elle souhaitait ni le remplacement de plusieurs ministres-clés de l'ancien gouvernement.

Madagascar est en crise politique et économique depuis l'éviction, en mars 2009, du président Marc Ravalomanana par Andry Rajoelina, alors maire de la capitale et devenu ensuite président de la transition avec le soutien de l'armée.

Andry Rajoelina a récemment assuré à plusieurs reprises que M. Ratsiraka était libre de rentrer à Madagascar.L'ex-président avait été condamné en 2003 à dix ans de travaux forcés pour "détournement de deniers publics".