Magasins chrétiens incendiés dans le nord-est du Nigeria, des centaines de gens fuient

Par La rédaction

POTISKUM (AFP) - (AFP)

Des magasins tenus par des chrétiens ont été incendiés et des centaines de gens fuyaient lundi les violences dans le nord-est du Nigeria, après une série d'attentats meurtriers le jour de Noël attribués au groupe islamiste Boko Haram, ont déclaré des témoins.

Selon des habitants et un responsable de la police, une trentaine de boutiques de chrétiens ont été brûlées dans la nuit de dimanche à lundi dans la ville de Potiskum (nord-est).Un supermarché a aussi été incendié de même que le domicile d'un dirigeant chrétien local, a déclaré un habitant.

Un responsable de la police parlant sous couvert de l'anonymat a confirmé que des incendies criminels, qui n'ont apparemment fait ni mort ni blessé, s'étaient produits.

"Nous n'avons malheureusement pu arrêter personne car les incendiaires ont pris la fuite dès que les bâtiments ont été en feu", a-t-il dit.

Non loin de là, dans la ville de Damaturu, théâtre d'affrontements meurtriers la semaine dernière entre militants de Boko Haram et forces de l'ordre et d'un attentat suicide le dimanche de Noël, des centaines de gens se sont rassemblés devant des stations de taxis et arrêts de bus pour fuir.

La ville semblait calme lundi mais "la situation est terrifiante.Personne ne peut dire ce que sera la prochaine cible.Ma maison a été incendiée dans les attaques", a dit un commerçant de 42 ans accompagné de sa femme et de leurs trois enfants, attendant de pouvoir monter dans un véhicule pour quitter Damaturu.

"Je ne peux pas rester plus longtemps", a ajouté un autre homme devant un arrêt de bus.

"C'est calme aujourd'hui mais rien ne garantit qu'il en ira ainsi dans les prochaines heures", a ajouté cet homme de 31 ans."Des gens ont été tués et je peux être la prochaine victime", a-t-il expliqué.

Le Nigeria a été frappé par une série d'attentats contre des églises chrétiennes et d'autres cibles qui ont fait une quarantaine de morts le jour de Noël.Un porte-parole de Boko Haram a revendiqué plusieurs de ces attaques.