Dépêches AFP

Malawi: Dizaines de milliers de manifestants contre la corruption

16 janvier 2020 à 14h40 Par AFP
Des dizaines de milliers de personnes ont défilé jeudi dans les trois plus grandes villes du Malawi pour dénoncer la tentative de corruption de juges de la Cour constitutionnelle, qui doit rendre un arrêt très attendu sur les élections de 2019. Placées sous haute surveillance des forces de l'ordre, ces manifestations n'ont provoqué aucun incident dans la capitale Lilongwe, à Blantyre ou à Mzuzu, a indiqué la police.La semaine dernière, le président de la Cour constitutionnelle a dénoncé une tentative de corruption visant ses juges.Le chef du Bureau indépendant en charge de la lutte contre la corruption (ACB), Reyneck Matemba, a confirmé à l'AFP avoir reçu une plainte à ce sujet de la part du chef de la plus haute instance judiciaire du pays, Andrew Nyirenda.Lors d'une conférence de presse le lendemain, il s'est refusé d'identifier publiquement les suspects et leur éventuelle appartenance à un parti politique.M. Nyirenda a toutefois promis d'agir rapidement.Ces révélations ont relancé les tensions dans le pays, alors que la Cour doit se prononcer d'ici à la fin janvier sur la régularité de l'élection présidentielle de mai dernier. Au pouvoir depuis 2014, le sortant Peter Mutharika a été réélu en mai dernier avec 38,57% des suffrages, selon les résultats de la Commission électorale, devant le principal représentant de l'opposition Saulos Chilima (35,41%).M. Chilima et un autre candidat malheureux au scrutin ont aussitôt dénoncé des irrégularités, dont un nombre, à leurs yeux anormalement élevé, de procès-verbaux de dépouillement raturés avec du blanc à effacer, et saisi la justice.Le camp du vainqueur a nié farouchement toute fraude.Mais l'opposition maintient depuis la pression en multipliant les manifestations de protestation dans tout le pays, souvent émaillées de violents incidents avec la police.Jeudi, 50.000 personnes ont défié la pluie à Lilongwe pour exiger que la police "nomme et arrête les corrupteurs maintenant", ont constaté des journalistes de l'AFP. "Nous exigeons la justice", a lancé à la foule Gift Trapence, le chef de l'ONG qui a organisé les rassemblements.Depuis que le Malawi a obtenu son indépendance du Royaume-Uni en 1964, jamais les résultats de ses élections présidentielles n'avaient été contestés devant la justice.