Malawi: la Cour constitutionnelle rendra le 3 février son arrêt sur la validité de la présidentielle

Par AFP

AFRICA RADIO

La Cour constitutionnelle du Malawi a annoncé mardi qu'elle rendrait lundi prochain son jugement très attendu sur la régularité de la réélection du président Peter Mutharika en mai 2019, contestée par l'opposition qui l'accuse de fraudes.

La plus haute instance judiciaire du pays publiera son arrêt en audience publique le 3 février à 09h00 (07h00 GMT) dans la capitale Lilongwe, a-t-elle précisé dans un communiqué.Si la Cour constitutionnelle se prononce en faveur de l'opposition, de nouvelles élections pourraient être organisées.Au pouvoir depuis 2014, le sortant Peter Mutharika a été réélu en mai dernier avec 38,57% des suffrages, selon les résultats de la Commission électorale, devant le principal représentant de l'opposition Lazarus Chakwera (35,41%).M. Chakwera et un autre candidat malheureux, Saulos Chilima, ont aussitôt dénoncé des irrégularités, dont un nombre à leurs yeux anormalement élevé de procès-verbaux de dépouillement raturés avec du blanc à effacer, et ont saisi la justice.Lors d'audiences qui ont passionné le pays, des témoins proches de l'opposition ont affirmé qu'"au moins un million de bulletins de vote" étaient irréguliers.Le camp du vainqueur a nié farouchement toute fraude.Signe de l'importance de ce dossier, la Cour a affirmé au début du mois que plusieurs juges avaient été victimes d'une tentative de corruption. Un homme d'affaires, propriétaire d'une banque malawite, a été arrêté suite à leur plainte.Pour maintenir la pression, l'opposition a organisé des manifestations de protestation dans le pays, souvent émaillées de violents incidents avec la police.Il y a dix jours encore, 50.000 personnes, selon des journalistes de l'AFP, ont défilé dans les rues de Lilongwe pour exiger que la police "nomme et arrête les corrupteurs maintenant".Depuis que le Malawi a obtenu son indépendance du Royaume-Uni en 1964, jamais les résultats de ses élections présidentielles n'avaient été contestés devant la justice.